970x250

Fatima Tabaâmrant : Timitar devrait aller à la découverte d autres richesses

Fatima Tabaâmrant : Timitar devrait aller à la découverte d autres richesses

ALM : Timitar fête ses dix ans, quel bilan faites-vous à l’occasion de cet anniversaire ?

Fatima Tabaâmrant  : Le Festival Timitar a donné beaucoup pendant ses dix ans d’existence. Il a joué un rôle promotionnel aussi bien pour la culture et la musique amazighes que pour les artistes. En effet, cet événement a permis de dresser un pont entre les artistes amazighs et leurs homologues étrangers. Cependant, nous tenons à signaler que ce festival a encore le devoir d’aller à la découverte des artistes et différents types de la musique amazighe. Notre culture est riche et le Festival de Timitar devrait aller à la découverte de cette richesse. Plusieurs genres et couleurs de la musique de répertoire doivent être mis en exergue par ce festival. Notons dans ce sens «Ahidouss», «Ahwach issafen», «la musique du Rif».

Qu’est-ce qui reste à faire à votre avis, aujourd’hui, pour l’amazighité ?

Le Maroc a fait un grand pas en officialisant la langue amazighe mais il ne doit pas arrêter ses efforts à ce stade. Certes, cette décision est d’une grande importance mais le pari à relever réside, aujourd’hui, dans l’application sur le terrain. Il faut mettre en place les outils nécessaires pour accompagner cette volonté. Nous avons fêté cette officialisation dernièrement à Tiznit et nous sommes sortis avec plusieurs recommandations où nous sollicitons la multiplication des efforts, soutenons le travail colossal qui se fait par l’IRCAM, et où nous incriminons l’utilisation de la religion pour combattre l’amazigh.

Qu’en est-il de votre nouvel album ?

Mon nouvel album est un couronnement et une continuation de mon parcours artistique qui dure depuis 30 ans. Et comme à l’accoutumée cet album est fait dans le même style philosophique, émaillé de morals, des thèmes liés   à l’éducation et à l’identité amazighe. Nous sommes des Marocains, croyants et amazighs. Notre identité est nourrie de l’amour que nous portons pour ce pays. Et nous ne pouvons pas nier nos racines et notre identité.

Et votre chanson pour Maâtoub Lounès ?

Malgré les joies que nous portons, nous ne pouvons pas oublier nos peines. La douleur de la perte de Maâtoub Lounès est tatouée sur nos âmes. Nous lui rendons aujourd’hui hommage par une chanson à la place Al Amal, dans le cadre du Festival Timitar. Cette chanson que j’ai faite spécialement pour l’âme de ce grand militant algérien de la cause amazighe est la deuxième chanson dédiée à ce grand artiste assassiné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.