Festival de la photographie méditerranéenne en France: Laila Alaoui révèle son projet «Les Marocains»

Festival de la photographie méditerranéenne en France: Laila Alaoui révèle son projet «Les Marocains»

Des hommes, des femmes et des enfants de tout âge, issus de différents groupes ethniques et différentes tribus, berbères et arabes, à travers toutes les régions du Maroc, rurales et urbaines.

Ce sont l’ensemble des portraits que présentera l’artiste photographe Laila Alaoui au festival de la photographie méditerranéenne, prévu du 22 mai au 15 juin au Sanary Sur Mer en France.

À travers son exposition qui porte le titre «Les Marocains», cette photographe veut montrer le Maroc sous un regard naturel. «Les Marocains ont longuement fait l’objet de sujet «exotique», voire «orientaliste» pour de nombreux photographes étrangers.

Ma motivation personnelle était de revisiter les pratiques du studio photo, afin de montrer le Maroc sous un regard que je qualifie de plus naturel mais non moins objectif, à savoir celui d’une Marocaine. Sachant que mon regard ne peut être dénué pour autant de toute forme de subjectivité, j’ai voulu tout au moins respecter une certaine neutralité dans ma démarche et mes choix esthétiques, m’éloignant ainsi de toute représentation folklorique», explique-t-elle.

En effet, la photographe s’est inspirée de la série «Les Américains» de Robert Frank, et les photographies de Richard Avedon en studio. D’ailleurs, elle a décidé de sillonner toutes les régions du Maroc en possédant son studio mobile sous le bras.

«J’ai rencontré beaucoup de difficultés à photographier des visages dans un pays où les populations ont de fortes appréhensions superstitieuses envers l’appareil photo. Beaucoup de Marocains voient dans la photographie un outil qui vole l’âme des gens». Néanmoins, l’artiste photographe a pu convaincre beaucoup de participer à l’aventure, tout en installant son studio mobile dans des lieux publics, des souks (marchés) et d’autres réunions privées. Intimidés par l’éclatement du flash, les gens sortent automatiquement du studio après le premier clic, et laissent seulement une chance de réussir le portait.

«J’ai aussi voulu photographier les Marocains isolés de leurs environnements sur un fond noir et une lumière artificielle se rapprochant plus d’un éclairage de photographie de mode en studio plutôt qu’une lumière naturelle souvent utilisée dans la photographie de voyage».
Par ailleurs, la photographe a suivi une démarche esthétique plutôt contemporaine avec un éclairage aux flashs puissants et une profondeur de champ très nette afin de faire ressortir tous les détails des personnages.

«J’ai opté pour des tonalités de couleurs froides, beaucoup de contraste pour rompre avec les couleurs naturelles, chaudes et exotiques du Maroc. J’ai aussi choisi de photographier tous les portraits en utilisant la même lumière et le même cadrage pour créer une unité visuelle».

Une fois de plus, Laila Alaoui révèle son projet «Les Marocains» au festival de la photographie méditerranéenne en France. Il  rend hommage à la diversité ethnique et culturelle du Maroc. «Il s’agit d’un témoignage et un travail d’archives sur l’esthétique de ces réalités sociales, souvent vouées à l’oubli».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *