FICMEC de Nador : Une 10ème édition qui interroge le cinéma et le monde post-Covid

FICMEC de Nador : Une 10ème édition qui interroge le cinéma et le monde post-Covid

Il connaîtra la remise du prix «Mémoire pour la démocratie et la paix» à Najat Vallaud-Belkacem

Ce sont 26 films de différentes nationalités qui vont concourir pour les prix de la 10ème édition du Festival international de cinéma et de mémoire commune (FICMEC) de Nador, prévue du 15 au 21 novembre 2021. Il s’agit, selon les organisateurs, de 7 longs métrages, 6 documentaires et 13 courts métrages, reflétant différentes expériences humaines et détails d’un monde transformé par la crise sanitaire. «Au-delà de la qualité des films sélectionnés et de leur l’originalité, le FICMEC tire son identité du caractère exceptionnel de ses programmations thématiques qui sont en rapport avec les questions des droits de l’Homme, de la démocratie et de la mémoire commune, mais reste tout de même un festival à caractère festif», indiquent les initiateurs.

Ainsi parmi les films participants, on trouve entres autres «L’appel du désert» de Pablo Cesar, «La voix d’Aïda» de Jasmila Žbanic et Bosnie-Herzégovine, «Un Monde» de Laura Wandel, «Les femmes du pavillon J» de Mohamed Nadif, «Sami» de Habib Bavi Sajed ou «Freda» de Gessica Geneus, Haiti. Côté films documentaires, seront projetés «9 jours à Raqqa» de Xavier de Lauzanne, «Dear Future Children» de Franz Böhm ou «L’école de l’espoir» de Mohamed El Aboudi. Au-delà des compétitions officielles, cette 10ème édition, dont le thème retenu «Le cinéma, le monde post- Covid-19 et la nouvelle essence de la Méditerranée», connaîtra la remise du Prix international «Mémoire pour la démocratie et la paix» à Najat Vallaud- Belkacem, ancienne ministre française de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le Festival propose également un master class, en présence de Carlos Rozado, président du Comité du cinéma espagnol. À l’instar des éditions précédentes, cette édition rendra hommage à une sélection de personnalités qui se sont distinguées dans le domaine de la culture et des droits humains, en l’occurrence la réalisatrice et productrice Izza Genini, l’actrice afghane MaMalalai Zikria et Leila Meziane, présidente de la Fondation Benjelloun Meziane.

Le festival va également célébrer le regretté et ami de cet événement Edgardo Bechara, qui était directeur du Festival international du cinéma arabe et latin. L’édition réservera aussi une exposition spéciale du cinéma rifain qui se déroulera à la Faculté pluridisciplinaire de Nador, ainsi qu’une série de conférences plénières et de tables rondes dans le but de rédiger ensemble ce qui a été appelé «La Déclaration de Nador : la nouvelle essence de la Méditerranée».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *