Fituc 2021 : Hommage à Malika El Omari

Fituc 2021 : Hommage à Malika El Omari

Une 33ème édition sous le signe théâtre et résilience

Le Festival international du théâtre universitaire (FITUC), mené par la Faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M’sik, est de retour à Casablanca avec une 33ème édition riche en nouveautés. D’abord, elle sera organisée, selon les organisateurs, du 26 au 30 octobre 2021, dans deux formats, présentiel et en ligne, sous le signe «Théâtre et résilience». Une thématique qui a été choisie en fonction de ce que vit le monde en termes d’événements, d’initiatives et de mesures pour s’adapter à la situation. De plus, elle accueillera plusieurs troupes universitaires venant de différents pays. «Elle recevra une dizaine de troupes représentant plusieurs pays, en l’occurrence le Mexique, l’Egypte, la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Tunisie, le Côte d’Ivoire, la Corée du Sud, et le Maroc, pays organisateur », indique-t-on.

La 33ème édition rendra également hommage à plusieurs figures connues sur la scène culturelle et théâtrale à l’instar de l’actrice Malika El Omari. «Nous rendons hommage à cette grande artiste en reconnaissance de ce qu’elle a donné à la culture et à l’art au Maroc et à l’étranger. A travers elle, le Fituc honore tous les artistes marocains de sa génération qui ont travaillé dur et milité, malgré les circonstances difficiles qui ont accompagné leurs débuts», expriment les organisateurs. De son côté, le festival honore Abdelkader Gongai, doyen de la Faculté de Ben M’sik et président du Fituc, ainsi que le journaliste Noureddine Miftah. Par ailleurs, le programme de cette édition propose, en outre, une table ronde, sous le thème «Les enjeux du théâtre universitaire après la pandémie du coronavirus».

Il sera également marqué par la présentation et lecture du livre «Un théâtre de rupture : Essai sur la jeune création marocaine» du grand penseur Ahmed Massaia. Dans cet ouvrage, l’auteur passe à la loupe l’expérience de la jeune création théâtrale au Maroc et en dégage les lignes de force et les limites. Et s’il en épelle les configurations et en annonce les ambitions, c’est pour attester de sa force de rupture avec le passé. Pour rappel, le Festival international du théâtre universitaire est devenu au fil des années un carrefour pour les jeunes du monde entier qui viennent présenter leurs performances et partager leurs expériences avec les autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *