Fonds d’aide à la production cinématographique : Seize projets bénéficiaires

Fonds d’aide à la production cinématographique : Seize projets bénéficiaires

Maryam Touzani, Narjiss Nejjar, Noureddine Lakhmari en font partie

Les projets de films admis à l’avance sur recettes au titre de la deuxième session de l’année 2020 sont désormais connus. Selon le Centre cinématographique marocain (CCM), la commission du Fonds d’aide à la production des œuvres cinématographiques, présidée par Ghita El Khayat, a retenu 16 projets, notamment des films de fiction, documentaires sur la culture et l’histoire hassanies et contribution à l’écriture de scénario. Pour les projets de films de fiction, la Commission a attribué un montant de 400.000 dirhams (avance sur recette après production) au film de long métrage intitulé «Poisson Rouges» D’Abdeslam Kelai, d’après son propre scénario. La même somme est accordée au projet de film de long métrage intitulé «Le Bleu du Caftan» qui sera réalisé par Maryam Touzani. La commission a également alloué une enveloppe de 3800.000 dirhams au projet de film de long métrage intitulé «Jalaldine» de son réalisateur Hassan Benjelloun.

Elle a alloué également un montant de 3.700.000 dirhams au projet de film de long métrage «Les enfants de la Nouvelle Terre» de Narjiss Nejjar, un montant 3.620.000 dirhams au projet de film «Mira» de Noureddine Lakhmari et un montant de 3.500.000 dirhams au film «Terre des Anges» de Rachid Fekkak. Le comité a également consacré un montant de 500.000 dirhams au projet de film documentaire «Tagnaouite dans la peau» de Jamila Annab et 120.000 dirhams est accordé au projet de film de court métrage «Le Silence d’Aida» d’Ahmed Messoudi.

En ce qui concerne les films documentaires sur la culture, l’histoire et l’espace sahraouis, la commission a sélectionné 6 projets ayant bénéficié des avances sur recettes avant production. Parmi lesquels, le documentaire «Si Tarfaya m’était contée» d’Aida Senna (880.000 dirhams), «Annaha» d’Ahmed Bouchalgua (880.000 dirhams), «Ganga… Souffrance de Séparation» de Laila Khadijatou Dadda (830.000 dirhams) et «Assassinat» de Yassir Ait Fakir (747.000 dirhams).

Toujours dans le cadre de la promotion de la production cinématographique, la commission a réservé une contribution aide consacrée à l’écriture et à la réécriture à deux projets documentaires. Il s’agit de «Kenz Lamssid» de Ayoub Ait Bihi (40.000 dirhams) et «Azdouz Entre Marrée Haute et Marée Basse» de Dounia Niouf.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *