Fouad Bellamine : «Heureux d’être le premier… mais il fallait bien que le musée commence par quelqu’un !»

Fouad Bellamine : «Heureux d’être le premier… mais il fallait bien que le musée commence par quelqu’un !»

Entretien avec Fouad Bellamine, artiste-peintre marocain

L’éminent artiste-peintre marocain, Fouad Bellamine, présentera ses œuvres du 20 novembre au 20 avril le temps d’une exposition au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain à Rabat. Cet immense espace dédiera la première rétrospective jamais consacrée à un artiste marocain vivant. L’artiste, qui s’exprime dans cet entretien sur cette primeur, explicite également les dessous de l’intitulé de cette exposition qui s’appelle «Entrée en matière» et retrace 50 années de sa création artistique. Cet événement, qui sera également l’occasion pour appréhender l’oeuvre de l’artiste dans sa diversité, remontera jusqu’aux œuvres de jeunesse réalisées par M. Bellamine dans les années 70. De quoi en faire la particularité.

ALM : C’est la première fois que le Musée Mohammed VI expose les œuvres d’un artiste encore vivants. Comment vivez-vous cette expérience ?

Fouad Bellamine : Je suis heureux d’être le premier… mais il fallait bien que le musée commence par quelqu’un ! Cela me permet de dresser un constat en quelque sorte de mon parcours artistique.

Votre exposition est appelée “Entrée en matière”. Qu’insinue cet intitulé ?

C’est davantage une marque d’humilité par rapport à ce constat. Bien entendu, je fais aussi allusion à la matière qui intervient dans mon travail.

Certains estiment que vous faites dans l’impressionnisme. Quelle serait votre particularité par rapport à d’autres artistes qui optent pour cet art ?

Je suis tout sauf impressionniste. Je n’ai encore jamais peint de soleil levant sur les Oudayas ! Quant aux autres artistes, chacun d’entre eux a sa personnalité.

Et comment le courant expressionniste évolue-t-il, selon vous, au Maroc?

Il y a des pulsions expressionnistes qui caractérisent certaines productions picturales au Maroc mais on ne peut pas parler de mouvement expressionniste en tant que tel.

Auriez-vous d’autres projets?

Pour le moment, échapper au corona pour continuer à peindre !

Accroche

Crédit photographique

Hakim Bencheroun
Studiolocréa

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *