970x250

«Green Card» à l’assaut des salles obscures dès le 18 mai

«Green Card» à l’assaut des salles obscures dès le 18 mai

Il s’agit d’une comédie familiale qui dénonce les travers de la société marocaine

Attendez-vous à une bonne dose d’humour avec «Green Card», premier long-métrage du réalisateur marocain Hicham Regragui qui fait sa sortie nationale le mercredi 18 mai 2022. Très attendu, ce film produit par New Line Production, avec la contribution de Dune Films, mêle comédie, action et intrigue. Il raconte l’histoire de deux amis inséparables, à savoir Ladib et Habib. «Ces deux rêvent d’une vie bien meilleure et décident de participer à la loterie pour aller vivre aux États-Unis. Ils se font la promesse de rester fidèles à leur pacte, «partir ensemble ou rester ensemble». Sauf que le destin en décide autrement: Labib décroche la loterie, mais pas Habib. Ce dernier voit son rêve américain se briser. Mais son ami Labib a une idée : il lui propose de se déguiser en femme, pour qu’il puisse l’emmener avec lui en tant que «conjointe»… La suite des événements les mène vers des péripéties et des rebondissements comiques et inouïs», lit-on dans le synopsis.

Il faut dire que ce film dénonce les travers d’une société où la majorité des jeunes partage un sentiment lié à la frustration et l’exclusion. «Certes, Green Card a pour majeure fonction de faire rire et de distraire, mais il soulève également des réflexions pour dénoncer les travers de la société marocaine. Une société dont la majorité des jeunes partage un sentiment lié à la frustration et l’exclusion sociale», explique le réalisateur sur sa page officielle Facebook. Et d’ajouter : «Désespérés, Habib et Labib espèrent un jour fouler le sol américain afin d’accéder à une vie qui change en mieux. Comme beaucoup de jeunes marocains, ils tournent leur regard vers un monde meilleur. Leur désir de poursuivre leur rêve s’alimente des difficultés économiques et sociales que connaissent les nouvelles générations. Habib accepte de se déguiser pour fuir une société contraire à ses aspirations profondes, et pour parvenir à réaliser son rêve, devenir une star de la musique».

Pour le réalisateur, le film ne «rencontre» le harcèlement sexuel que pour mieux le dénoncer. «Au-delà de l’histoire, l’idée est de raconter à quel point l’aventure humaine se révèle plus importante que tout le reste. Les rapports d’amitié et de solidarité entre Habib et Labib l’emportent sur les jugements extérieurs et sur l’absurdité de la situation», dit-il. «Green Card» réunit par ailleurs un panel d’acteurs. A l’affiche, Fayçal Azizi, Aziz Hattab, Hashem Bastaoui, Hassnaa Moumni et Fatima Ezzahra Baladi.

A propos du réalisateur

Hicham Regragui est né à Rabat en 1967. Après avoir fait des études de lettres et de théâtre au Maroc et en Angleterre (Université Ibn Tofail 1990, Université d’Essex 1991, et Université Lancaster 1992), il s’oriente vers le cinéma et débute comme assistant de production. Durant plus d’une vingtaine d’années, il a suivi un parcours de formation professionnelle, sur le terrain, dans lequel il a appris les ABC de l’audiovisuel et à connaître le monde du cinéma. Cet apprentissage aux côtés des grands réalisateurs et producteurs comme Martin Scorcese, Sir Ridley Scott, Oliver Stone et Alejandro G. Inarritu lui a permis d’appréhender les notions de développement d’un projet, de sa réalisation en bonne et due forme. Ses capacités d’innovation et d’adaptation, sa polyvalence et son goût pour les challenges ont fait de lui un directeur de production, un réalisateur, et un formateur au sein de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et de cinéma (ISMAC).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.