Culture

Hajar Hajji : «Après ma distinction, j’ai constaté que la célébrité peut nuire à la personne»

© D.R

ALM :Comment décrivez-vous le moment de votre couronnement de Miss Cerisette pour l’année 2011?
Hajar Hajji : Effectivement, j’étais très contente à l’instant de la consécration surtout vis-à-vis de la réaction de mes concurrentes qui ont été toutes à la hauteur et en même temps ont accueilli mon couronnement avec un grand plaisir. Je suis très émue par cette consécration surtout que la concurrence était rude .

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées durant votre participation à cette compétition ?
En premier lieu, je parlerai du niveau culturel et scolaire des concurrentes. En fait, il y avait des étudiantes de haut niveau mais aussi des professeurs, des ingénieurs, etc. En second lieu, presque toutes les concurrentes avaient un degré de beauté très respecté, ce qui a rendu la compétition très difficile. Finalement, le changement des jurys avait de l’effet sur l’atmosphère de la compétition en général.

Après cette distinction, à quel genre d’horizons vous attendiez-vous ?
Je souhaite garder le même entourage. Après ma distinction comme Miss Cerisette, j’ai constaté que la célébrité peut nuire à la personne. Toutefois, si une occasion se présente pour moi comme animatrice d’une émission télé ou une actrice, je l’accepterai avec un grand plaisir.

Pensez-vous que la beauté peut vous ouvrir des portes dans d’autres secteurs?
Bien sûr que oui. Dans la vie, il faut être accepté par les autres et même admiré, mais, avant la beauté, il faut avoir un niveau scolaire, une éducation, et le respect des autres.

Avez-vous des projets?
Mon premier projet, c’est de poursuivre mes études universitaires qui vont m’assurer une carrière professionnelle dans le domaine boursier que j’adore. Il faut d’abord assurer un métier et ensuite pratiquer tous les hobbies qu’on souhaite.

Justement quelle branche étudiez-vous à l’Université Al Akhawayn?
Je suis des études en ingénierie informatique et en administration des affaires. J’espère bien développer mes capacités dans ce secteur plein d’activités. C’est là où je me retrouve.

A-t-il été facile pour vous d’avoir le consentement de votre famille?
Ma mère a toujours cru en moi et m’a soutenue jusqu’au bout. Ma famille a toujours été à mes côtés.

Pensez-vous un jour vous présenter à Miss Monde?
Probablement, puisque le Maroc est le plus beau pays du monde. Alors, pourquoi ne serais-je pas la plus belle fille du monde.

Et côté cœur comment se porte Hajar?
Pour le moment , il y a des admirateurs qui peuvent parfois devenir gênants. Je ne pense pas m’engager sérieusement pour l’instant. Je veux profiter au maximum de ma liberté et me concentrer sur mes études.

Avez-vous d’autres talents cachés ?
Oui, si on considère la natation comme talent, alors je suis très talentueuse. De plus, je suis toujours souriante et j’aime faire sourire les autres. J’aime aussi l’équitation. Car j’ai le talent de dresser les chevaux.

Quels sont vos hobbies?
Mon passe-temps préféré, c’est de pratiquer du sport, de lire le Coran et les voyages.
J’aime aussi rester des heures à contempler le mouvement des vagues et leurs perpétuels conflits avec les rochers.

Articles similaires

Culture

Dans le cadre de la Journée Internationale du livre : L’IC organise la Semana Cervantina 2024

L’Institut Cervantès de Casablanca célèbre la Semana Cervantina 2024 avec différentes activités...

Culture

Ouverte au public du 18 avril au 6 mai 2024: La Fondation BMCI et la galerie 38 lancent «Vogue»

La BMCI, à travers sa Fondation et en partenariat avec la Galerie...

Culture

«Moroccan badass girl» de Hicham Lasri à l’assaut des salles nationales

Il évoque la pauvreté, le chômage et le désespoir de la jeunesse

Culture

«Disciples Escoffier Maroc» : Un rendez-vous gastronomique à Rabat

Organisé autour de la transmission à travers les femmes