Hammadi Ammor, celui qui a prêté sa voix à la radio est parti

Hammadi Ammor, celui qui a prêté  sa voix à la radio est parti

Son décès a coïncidé avec la journée nationale du théâtre

Différents artistes nourrissaient l’espoir quant à son rétablissement. Hélas, la volonté divine en a décidé autrement. L’éminente star marocaine, Hammadi Ammor, a ainsi tiré sa révérence dans la nuit de vendredi 14 mai. Une date coïncidant avec la journée nationale du théâtre pour lequel l’artiste défunt vouait une grande passion. De son vivant, le regretté, né à Fès en 1930, a d’ailleurs fait ses premières apparitions sur la scène artistique dès 1948, avant de créer en 1951 la troupe «Al Manar» à Casablanca.
Sur les planches, Hammadi Ammor, décédé à l’âge de 90 ans à peu près, a passé plusieurs années avant de se produire sur les grands écrans. Il s’est, en fait, affiché dans plusieurs œuvres cinématographiques assez connues notamment «Kaïd Ensa» en 1999 (Ruses des femmes) et «Al Mohima» (La mission) en 2002. Entre-temps, il avait des talents de parolier ignorés par plusieurs. Quant à ses textes, ils ont été interprétés par de nombreux chanteurs marocains, notamment Maati Belkacem et
Mohamed El Idrissi.


Sur les ondes, le défunt, figure emblématique ayant également marqué la production télévisuelle marocaine, comptait à son actif un riche répertoire d’interprétations de par ses multiples performances. En témoigne, entre autres, l’émission radio «Alam Al Founoun» (Le monde des arts) qu’il a animée pendant plus de dix ans. «Les vedettes qui ont prêté leurs voix à la radiodiffusion ont hélas toutes disparu», indiquait à ALM l’acteur Salah Eddine Benmoussa après le décès d’un autre artiste du même calibre que Hammadi Ammor. Pour M. Benmoussa, il ne restait que l’artiste nouvellement disparu. Avec son décès, toute une génération de vétérans ayant laissé une empreinte dans les planches, le petit et grand écrans serait partie à l’au-delà.
De son côté, l’acteur marocain, Saïd Naciri, ne manque pas d’exprimer, dans une vidéo partagée sur sa page officielle Facebook, sa tristesse à propos du décès de M. Ammor. «C’est un ami, camarade et père pour moi. J’ai travaillé avec lui pendant plus de vingt ans», révèle-t-il en présentant ses condoléances à ses proches et à tous les fans marocains qui ont témoigné de l’art du regretté pendant de longues années. En effet, le défunt était fort apprécié pour ses fameuses expressions garnies du timbre de voix fassi. C’est cette manière, qui marquait ses œuvres d’une empreinte assez particulière, qui lui valait l’amour du grand public marocain. Adieu l’artiste !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *