Culture

Haoussa, Hinder Minds et Contact VJ en concert au Boultek

La salle 36 du Boultek au sous-sol du Technoparc promet un concert de folie, dimanche 26 juin, avec les groupes Haoussa, Hinder Minds et Contact VJ réunis sous le collectif Métal’Os-CEA. «Chaque groupe a sa propre musique, il y en a ceux qui participent pour enflammer la scène et ceux qui transmettent des messages», a déclaré à ALM Zakaria Latouri, membre fondateur du collectif Métal’Os-CEA. Ce concert sera aussi une occasion pour organiser une battle sonore opposant des Métal’Ossa (5 filles) et des Métal’Os (5 garçons). «Il s’agit de lancer un défi entre ces deux groupes pour enflammer la scène», révèle Zakaria Latouri. Concernant les groupes participant au concert, Haoussa, dont le premier album est fort attendu cet été, constituerait la tête d’affiche. Réputé pour le précurseur d’un punk marocain, Haoussa, qui comptait lors de sa création en 2002 huit musiciens, a réussi à attirer plusieurs fans à sa première apparition, sur la scène du Tremplin L’Boulevard. Depuis leurs débuts, ces musiciens se sont produits dans plusieurs concerts au Maroc et sont devenus une référence de la scène alternative marocaine. Dès qu’ils sont sur scène, les membres de ce groupe entrent en harmonie avec le public grâce à leurs prestations et leur présence impressionnante.
Quant aux membres du groupe Hinder Minds, amateurs de jazz et de blues, ils ont été découverts sur la scène Souk du Tremplin en 2009. Pour réaliser ses compositions, ce groupe s’inspire de Dream Theater ou Pearl Jam ou encore Guns’n’roses. Grâce à sa présence scénique, ce groupe a réussi récemment à décrocher le second prix de la catégorie rock du Tremplin. Comme Hinder Minds, Contact VJ a été découvert, à son tour, au festival L’Boulevard. A partir de cette programmation variée, tout le public trouvera son compte. Et ce n’est pas fini puisque le collectif Métal’Os-CEA organisera, dans les jours qui viennent, outre des activités musicales, des expositions de peintures, de photos, graphisme et toute sorte de travaux de création des jeunes. Pour rappel, le collectif regroupe plusieurs mordus de musique métal. «Le nom Métal’Os est en quelque sorte un hommage aux premiers activistes métalleux marocains, qui étaient passionnés, engagés et débrouillards, qui ont fait bouger la nouvelle scène», explique Matthieu Helbert, un des fondateurs du collectif. Leur premier concert a été organisé en avril au Boultek, avec les groupes Atmosfear, LooNope et DJ Paranoid.

Articles similaires

Culture

Cinéma : Daaaaaalí, aïaïaïaïaïaïaïe !

Il fallait bien cinq grands noms pour tenter de cerner cette figure...

Culture

Festival international du court-métrage de Tyr Le film marocain «la vérité» en lice

Le film marocain «La vérité» est en lice pour la compétition officielle...

Culture

Elle supervise le programme «Le Droit par l’Art»: L’artiste Nawal Sekkat met au service des universités son expertise artistique

Dans le cadre du Plan d’accélération de la transformation de l’écosystème de...

Culture

Une œuvre initiée par Amal Ayouch et Sanae Assif: «Rêve sans frontières» à Rabat : Regards croisés sur l’œuvre de Fatema Mernissi

La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger abrite le...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux