970x250

Hassan Benjelloun porte l’histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma

Hassan Benjelloun porte l’histoire de  «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma

Le rôle principal est campé par Yassine Ahjjam

Le cinéaste Hassan Benjelloun vient de terminer le tournage de son nouveau film cinématographique intitulé «Jalal Eddine». Le tournage qui a duré plusieurs semaines s’est déroulé dans quatre villes marocaines, à savoir Fès, Casablanca, Settat et Berrechid.
Les événements du film, écrits par le réalisateur lui-même, tournent autour de Jalal Eddine Al Roumi, l’une des figures mythiques de l’histoire islamique et la plus influente à travers les âges. Le casting de ce film réunit plusieurs acteurs, en l’occurrence Yassine Ahjam (rôle principal), la Tunisienne Fatima Nacer, Ezz Al-Arab Al Kaghat, Fatima Zahra Baladi, Ayoub Al Yousifi ou Malika Al-Hamaoui…
Il à noter que «Jalal Eddine» fait partie des films ayant bénéficié du soutien du Centre cinématographique marocain au titre de la deuxième session de l’année 2020, d’un montant de 3 millions et 800.000 dirhams.

Outre ce film, Hassan Benjelloun a terminé une autre œuvre intitulée «L’amour en quarantaine». Il met en lumière l’une des histoires vécues durant le confinement imposé par la pandémie sanitaire. Il relate en effet l’histoire «d’amour entre un professeur de musique aveugle et son élève, qui a perdu son logement et son travail, après la fermeture totale des espaces, et l’empêchement des déplacements entre les villes». A propos de ce film, le réalisateur indique qu’il «voulait mettre en évidence une catégorie qui vit en quarantaine permanente, celle des personnes aveugles».
Tourné entre la ville de Casablanca et les environs de Settat, le film met en vedette Fattah Al Nakadi, Fatima Ezzahra Baladi, Jamal Al-Ababsi, Abdel-Ghani El Senak et Souad Alaoui.
Hassan Benjelloun n’est plus à présenter. Il est l’un des cinéastes prolifiques. Soucieux des problèmes que vit la société marocaine, il traite de sujets variés tels que les droits de la femme, les années de plomb ou l’exode des juifs marocains.

Plusieurs prix lui ont été décernés, ce qui lui a valu une notoriété et une reconnaissance nationales et internationales.
Il compte plusieurs films courts, longs et documentaires, notamment «Yarit ou le temps d’une chanson» «Les Amis d’hier» , «Les Lèvres du silence» et «Jugement d’une femme», «la Chambre Noire», et «Où vas-tu Moshé ?». Il a aussi réalisé des téléfilms tels que «Juste pour les couples», «Matmoura» et «Les oubliés de l’histoire» .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.