Hervé Devolder : «Les spectacles ne changent ni les attitudes ni les gens»

Hervé Devolder : «Les spectacles ne changent ni les attitudes ni les gens»

ALM : Qu’est-ce qui a motivé le choix du Maroc pour présenter, le 10 mai, votre spectacle «Jupe courte et conséquences» après l’énorme succès qu’il a réalisé à Paris?
Hervé Devolder : Au titre d’auteur, interprète et metteur en scène, il est jubilatoire de partager son œuvre et son travail avec un public toujours plus large. Nous avons créé «Jupe courte et conséquences» à Paris et l’avons jouée dans de nombreuses villes en France et même au Festival d’Avignon. Nous avons été tentés d’exposer l’aventure amoureuse de nos personnages au public marocain et de partager ces émotions qui nous semblent internationales…

La comédie «Jupe courte et conséquences» a été vivement appréciée par le public marocain. Quel sentiment cela vous a fait?
Un grand plaisir ! Face à l’émotion amoureuse, on est les mêmes ! Quel bon moment nous avons passé ! Des éclats de rire ont fusé dans la salle qui a rassemblé plus de 300 spectateurs. Sur scène, un homme assis, à savoir moi-même, sur un banc et une femme (Stéphanie Caillol) vêtue d’une jupe courte. Un regard furtif et voilà les deux personnages qui entraînent le public dans une comédie pétillante rythmée par des renversements de situation et des rebondissements qui viennent à point nommé. Les rapports de force s’inversent et la rencontre devient de plus en plus charmante. Chacun se retrouve dans cet étonnant jeu où il est question d’amour, de mariage, de désir, de vie conjugale, de coup de foudre.

Comment expliquez-vous le fait que la pièce n’ait pas fait l’objet d’une tournée au Maroc ?
ça n’a pas encore été organisé… Nous sommes partants !

Croyez-vous pouvoir changer, à travers votre spectacle, les regards portés par la gente masculine au Maroc à propos de l’amour surtout que celle-ci estime que le fait d’exprimer ses sentiments à l’égard d’une femme est un signe de faiblesse ?
Les spectacles ne changent pas les attitudes et ne changent pas les gens. Le personnage masculin de «Jupe courte et conséquences» est, contre toute attente, un romantique qui avoue son amour et sa vulnérabilité et c’est comme ça. Ca existe. ça peut exister. Chacun en tire les conclusions qu’il veut…

Des projets à venir ?
Oui ! Figurez-vous que nous reprenons «Jupe courte et conséquences» à Paris au Théâtre des Variétés en septembre 2012 et pour trois mois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *