Hommage : Marie Louise Belarbi, une grande dame de l’édition nous a quittés

Hommage : Marie Louise Belarbi, une grande dame de l’édition nous a quittés

La dame du livre s’en est allée, tout doucement, après une très longue maladie, à l’âge de 91 ans. Jeudi 28 mai, à Tanger chez sa fille Mounia, journaliste et cheville ouvrière à Médi1, l’éditrice Marie-Louise Belarbi laisse le monde du livre bien orphelin.

Sa librairie Carrefour des livres, sise en plein cœur du quartier Maarif, abrite, depuis toujours, des conférences et des signatures de livres de tous les horizons et de tous les genres. Avec l’incontournable Bichr Bennani, elle avait également cofondé les éditions Tarik qui ont permis à de nombreux auteurs de se faire connaître… Connue pour sa gentillesse inégalable, sa porte était grande ouverte à tous les talents, jeunes et moins jeunes venus demander conseil avant réalisation de leur projet. Sa maison ne désemplissait pas : journalistes, politiciens, écrivains ; tous venaient et partaient au gré des événements car ils se sentaient chez eux. Tous les adjectifs ne suffiraient pas à décrire la dame. Celle qui a donné naissance à trois enfants dont l’un d’eux n’est autre que l’artiste compositeur Malek a su allier entre deux cultures.

Le Maroc étant son pays d’adoption sans aucune hésitation. Née en 1928 à Montpellier, Marie Louise Belarbi a débuté sa carrière aux éditions Julliard et Laffont à Paris avant de s’installer à Rabat puis à Casablanca vers les années 1960. De comité de lecture en comité de lecture, Marie-Louise ne lésinait pas sur les efforts pour pousser les livres les plus audacieux à éclore. Elle s’oubliait dans sa librairie qui était son second chez soi jusqu’à la fermeture. Toujours souriante, elle ne froissera personne.
Les témoignages qui ont fusé depuis sa disparition le prouvent aisément. La reconnaissance elle l’a reçue aussi officiellement quand elle a été faite en 2001 «Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française».

Dans sa carrière professionnelle, on lui doit l’émission «Plaisir de lire» qu’elle a animée de 1986 à 1990 sur la Chaîne Inter de la RTM. Son militantisme dans l’édition, elle le fera aussi à travers l’association Coup de Soleil au Maroc, qu’elle dirigea et à travers laquelle elle lança avec ses homologues algérien, tunisien et français le salon Maghreb des Livres qui se tient chaque année à l’Hôtel de ville de Paris. Paix à son âme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *