Hommage / Noureddine Sail : Adieu le maestro !

Hommage / Noureddine Sail : Adieu le maestro !

Il s’est fait connaître par le grand public comme le Monsieur Cinéma.

Il est considéré comme une mémoire vivante du cinéma marocain. Un maestro quand il parle ou quand il mène les débats et les réflexions autour de n’importe quel sujet. Noureddine Sail, le philosophe et l’intellectuel à l’esprit aiguisé, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 73 ans, a annoncé, sur sa page officielle, son épouse la journaliste et ex-présentatrice de télévision Nadia Larguet. «Ce grand cinéphile, amoureux de l’Afrique comme personne a tiré sa révérence. Noureddine Saïl c’était la simplicité, le courage et l’intégrité. Cet homme en avance sur son temps était exceptionnellement brillant. Travailleur infatigable, il marquera son pays à jamais», écrit-elle. Depuis l’annonce de la triste nouvelle, les hommages se sont multipliés sur les réseaux sociaux.

Le cinéaste Mohamed Mouftakir s’est montré particulièrement attristé. Il écrit :
«Noureddine Sail n’est pas mort». Et d’ajouter : «Cet homme m’a marqué et nous a marqués à jamais… Ma vie a complètement changé, rien qu’en l’écoutant parler à la radio de quelque chose que je ne connaissais pas bien à l’époque et qu’on appelait communément «La critique» et avant même de le voir présenter des films sur le petit écran, des films qui étaient étranges et presque inaccessibles au jeune étudiant que j’étais et, quelques années plus tard, quand je l’avais rencontré en personne, des rencontres qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire». Le réalisateur Mohamed Abderrahman Tazi a lui aussi en quelques mots dressé un portrait fidèle à Sail. «Adieu l’ami, le compagnon et le maestro. 50 ans d’amitié, depuis Wechma en 1970, qui grâce à lui a pu voir le jour.

J’étais de la partie de ses travaux : en 1979 : l’émission cinéma à la télévision nationale, en 1980 : producteur et scénariste du Grand Voyage, en 1995: scénariste de Lalla Hobby, en 2000 : 2M diffusion 24h/24, Radio 2M, les téléfilms. Noureddine qui a créé la Fédération des ciné-clubs, le festival du cinéma africain de Khouribga. Patriote, militant, grand homme de culture. Adieu l’ami généreux, adieu le militant sincère. Adieu l’irremplaçable», témoigne-t-il. L’écrivain et réalisateur Hicham Lasri a également rendu hommage à Sail. Il atteste, par ailleurs, que «Sail est l’inventeur de la fiction télé marocaine et un des plus fervents propulseurs du cinéma marocain à travers des initiatives visionnaires, un grand amoureux de Mort à crédit de Céline aussi.

Dans un pays où on a besoin plus que jamais de grands hommes, on en a perdu l’un des plus importants, le plus cultivé et forcément le plus polémique! RIP». Homme aux multiples facettes, Noureddine Sail a occupé plusieurs postes tout au long de son parcours. Ancien directeur de la chaîne de télévision 2M et du Centre Cinématographique Marocain (CCM), scénariste, romancier et producteur, le défunt était également le fondateur, en 1973, de la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc, qui a joué un rôle pionnier dans la diffusion de la culture cinématographique au Royaume. Après un début de carrière à la première chaîne de télévision marocaine TVM et à la chaîne de télévision française Canal Plus Horizon, feu Saïl a présidé aux destinées de 2M (2000-2003) et puis du CCM (2003-2014) qu’il a marqués de sa rigueur professionnelle et de son exigence intellectuelle.

Le défunt marquera pour longtemps le monde du cinéma africain après avoir créé le Festival du cinéma africain de Khouribga, qui est devenu au fil des ans un rendez-vous incontournable des cinéphiles venus d’Afrique et d’ailleurs. Ses émissions, ses critiques, resteront à jamais gravées dans nos mémoires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *