«Indigo» de Selma Bargach à l’assaut des salles obscures

«Indigo» de Selma Bargach à l’assaut des salles obscures

Il s’agit de son 2ème film tourné en 2017 à Casablanca

Après avoir été retardé à cause de la crise sanitaire, le deuxième film de la réalisatrice Selma Bargach «Indigo» sort enfin dans les salles obscures, à partir de ce 5 janvier 2022. Un film émouvant et touchant qui marquera sans doute la nouvelle rentrée cinématographique. «Après 2 ans d’attente, le film sort dans les salles. Je profite de cet espace pour remercier toutes les personnes qui ont accompagné le film depuis sa préparation jusqu’à sa sortie», exprime la réalisatrice sur les réseaux sociaux. En effet, «Indigo» nous offre une histoire extraordinaire autour de la jeune Nora, âgée de 13 ans, qui se sent abandonnée par son entourage. Suite à un choc émotionnel, elle se réfugie dans le monde de la voyance pour échapper à la brutalité de son frère Mehdi.

Elle découvre un cadeau qui pèsera sur elle comme une malédiction et provoquera des malentendus autour d’elle. Son entourage est perturbé par ses visions mais semble indifférent à sa souffrance. Par ce film, Selma Bargach a voulu raconter l’histoire de cette enfant, confrontée à une société où les êtres sont perdus parce que préoccupés par leurs problèmes et dominés par leur égos. «Personne ne prend au sérieux Nora dans sa détresse. «Indigo» place le spectateur à la place de cette enfant, égarée dans son environnement, mais aussi à la place des femmes et des hommes qui l’entourent, perdus dans leur vie, dans leurs egos», explique-t-elle. «Indigo» met en vedette de nombreux noms du cinéma national à l’instar de Khouloud Bettioui, Marwa Khalil, Mohamed Wahib Abkari, Aicha Mahmah, Karim Saidi, Malek Akhmis, Sarah Perles, Fadwa Taleb et la jeune Rim Kettani.

Notons que ce film, produit par Agora film, a été tourné en 2017 à Casablanca. Il a bénéficié du fonds d’aide auprès du Centre cinématographique marocain (CCM) depuis des années. Le film a toujours été bien accueilli lors de ses projections, aussi bien par les professionnels et critiques que par le large public. Il a, par ailleurs, reçu le prix de la critique africaine, Paulin Soumanon Vieyra, lors de la 26ème édition de Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le Prix du meilleur scénario international à la 23ème édition du festival Africain Ecrans Noirs à Yaoundé (Cameroun), puis le Prix du meilleur rôle féminin à travers l’actrice Khouloud, et ce, à la 21ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga. Un autre Prix que Selma a eu pour son film est July 2019/ CIFEJ à la 22ème édition de Zanzibar International Film Festival (Tanzanie).

A propos de Selma Bargach

Native de Casablanca, Selma Bargach est docteure en art et en sciences de l’art, option audiovisuel (Sorbonne à Paris, 1997). Elle a, également, soutenu un doctorat sur le thème «Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain», sous la direction de Daniel Serceau. Son premier long métrage, «La cinquième corde», sorti en 2011, est consacré au parcours d’un jeune musicien de luth. Il obtient plusieurs récompenses dont le prix du meilleur son et une mention spéciale du jury au Festival national du film de Tanger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *