Culture

Jazzablanca : Clôture en apothéose de la 17èME édition

© D.R

La dernière soirée du festival Jazzablanca a marqué, samedi soir, l’apogée de cette 17è édition avec des performances exceptionnelles sur la scène Nouveau Souffle, mettant en lumière deux talents marocains prometteurs : Snitra et Saad Tiouly.

Le public, fidèle et enthousiaste, a répondu présent en grand nombre, créant une ambiance festive et chaleureuse. Snitra a ouvert le bal avec une prestation énergique, mêlant jazz et influences contemporaines, une subtilité qui a immédiatement captivé l’audience.
Snitra, formé en 2015 et dont le nom signifie guitare ou instrument à cordes en darija, est un groupe de fusion marocain profondément ancré dans la culture musicale de la région orientale, d’où viennent ses huit membres.
La musique envolée de ce big band oujdi, parfois joyeuse et parfois sombre, est une ode à l’identité musicale nord-africaine, où gnawa, reggada, gharnati et issawa fusionnent avec du rock, du reggae et du jazz. Leur performance a envoûté l’audience avec une énergie vibrante et une diversité sonore qui ont transporté le public dans un voyage musical unique.
Dans une déclaration à la MAP, El Bekkay Brahimi, membre du groupe Snitra, s’est dit heureux de revenir performer au Jazzablanca, un festival connu et reconnu mondialement, soulignant que le festival représente également une belle opportunité pour le groupe de jouer leur musique devant le public casablancais.
Il a expliqué que pour cette dernière soirée, le groupe a interprété son premier album studio sorti en 2023, « Essah Yenbet», ainsi que de nouveaux morceaux tels que « El Mehraz » et « Lkhir o Lbarod ».
Pour suivre la soirée en beauté, Snitra cède place à Saad Tiouly. Ce dernier a, lui poursuivi avec des compositions authentiques et émouvantes, soulignant son talent de maâlem. Le public, jeunes et moins jeunes, était émerveillé par la magie de la musique, applaudissant à tout rompre et faisant de cette soirée un moment inoubliable de partage et de célébration.
Saad Tiouly, artiste et artisan, est un maâlem accompli dont les instruments hybrides font sa signature. Il repousse les limites de la fusion en mixant des univers variés pour obtenir une esthétique singulière.
Les musiques soufi, nubienne, tarab arabe, blues, jazz, reggae, funk sont déjà passées entre les cordes de son guembri. Sa prestation a illustré cette passion pour la fusion des genres, offrant des compositions authentiques et émouvantes qui ont souligné son talent de musicien et de conteur.
La soirée de clôture du Jazzablanca a été un véritable feu d’artifice musical à Anfa Park, le groupe islandais Kaleo a offert une prestation énergique et captivante, suivie de l’icône italienne Zucchero, dont les chansons intemporelles ont fait vibrer le cœur des festivaliers
Pour sa 17ème édition, Jazzablanca a affiché complet, fidèle à sa réputation d’offrir un cadre enchanteur tant pour les artistes que pour les festivaliers venus de tous horizons. Cette édition a une fois de plus démontré la capacité du festival à rassembler des talents divers et à créer une atmosphère unique de fête et de découverte musicale, confirmant sa place de choix dans le panorama des festivals internationaux.
Lancé en 2006, Jazzablanca illustre l’âme cosmopolite de la métropole, présentant les prouesses et les grands noms de la Pop, de la Soul, du Rock, du Funk, de la World Music et du Jazz.

Articles similaires

Culture

FIDADOC 2024 «Les mots qu’elles eurent un jour» de Raphaël Pillosio remporte le Grand Prix

Le film «Les mots qu’elles eurent un jour» du réalisateur français Raphaël...

Culture

Le groupe entame une tournée dans plusieurs villes : «Fillas de Cassandra» apporte la musique galicienne au Maroc

À l’occasion de la célébration de la Fête de la musique, l’Institut...

Culture

Rencontre autour du livre «Au détroit d’Averroès» de Driss Ksikes à Casablanca

The Kitab Club, en collaboration avec la maison d’édition Le Fennec, organisent...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux