970x250

La culture, un outil de développement durable

La culture, un outil de développement durable

Asmaa Rhlalou a présidé une session au Sommet Africités

La culture est un outil de développement durable, appuyant les secteurs économiques tels que le tourisme culturel et l’industrie de connaissance qui génèrent des emplois décents et contribuent à la dynamisation de l’économie locale, a affirmé, mercredi à Kisumu, Asmaa Rhlalou, maire de Rabat.
Même si elle ne fait pas partie des 17 Objectifs de développement durable (ODD), la culture demeure transversalement présente dans l’ensemble des ODD, a souligné Mme Rhlalou lors d’une session qu’elle a présidée sous le thème «Politiques culturelles locales et développement durable: menaces et opportunités dans les villes intermédiaires africaines», dans le cadre de la 9ème édition du Sommet Africités (Kisumu 17-21 mai).
Le travail accompli durant ces dernières années témoigne de la place qu’occupe la question culturelle pour la mairie de Rabat, qui veille sur l’implication de la société civile et des différents départements ministériels tout en appliquant un partenariat multi-dimensionnel, a-t-elle noté, rappelant que la capitale du Royaume est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2012.

La ville de Rabat est capable d’embrasser la modernité tout en préservant et en valorisant son aspect authentique, a soutenu Mme Rhlalou, mettant en avant les efforts considérables de protection et de mise en valeur du patrimoine architectural, urbain, paysager, social et culturel à dimension universelle.
Dans ce sens, elle a appelé à inclure dans les politiques, les programmes et les plans d’aménagement urbain et régional les bâtiments, sites, ensembles et paysages présentant une valeur culturelle, et assurer leur protection.

Mme Rhlalou a également appelé à assurer, par des politiques culturelles urbaines et régionales, le développement d’une vie culturelle locale, créative et participative, ainsi qu’une gestion pluraliste des diversités, préconisant la promotion des activités visant à sensibiliser les populations et les décideurs à l’importance de la prise en compte des facteurs culturels dans le processus de développement durable.

Pour la maire de Rabat, il est essentiel d’associer directement les citoyens et les communautés locales aux programmes de conservation du patrimoine et établir une liste des meilleures pratiques en matière de politique du patrimoine. Elle a aussi préconisé de veiller à ce que le tourisme soit respectueux des cultures et de l’environnement et que les revenus qu’il génère soient aussi utilisés pour préserver équitablement les ressources.
Africités 9 se tient cette année sous le thème «Le rôle des villes intermédiaires d’Afrique dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations Unies et de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine».

Le Maroc prend part à cet événement continental avec d’importantes délégations, notamment de la Direction générale des collectivités territoriales (DGCT), de l’Association marocaine des présidents des conseils préfectoraux et provinciaux (AMPCPP) et du ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.

Près de 5.000 congressistes africains et internationaux, dont des maires et présidents des villes et collectivités territoriales, des ministres, des élus locaux, des représentants des administrations centrales et régionales, des experts, participent à ce sommet, qui constitue l’occasion de faire le point sur les connaissances et les expériences accumulées à travers le monde autour de la thématique des villes intermédiaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.