Culture

La professeurE Salma Fellahi donne un nouvel élan au LERIC

Le laboratoire d’études et de recherches sur l’interculturel (LERIC), relevant de la Faculté des lettres et des sciences humaines d’El Jadida, intensifie désormais ses activités. En est à l’origine la professeure Salma Fellahi avec d’autres membres. Détails.

Le Laboratoire d’études et de recherches sur l’interculturel (LERIC), à la Faculté des lettres et des sciences humaines d’El Jadida, prend davantage forme. A l’initiative de la professeure Salma Fellahi et d’autres membres, ce laboratoire, présidé par le professeur Abdelouahed Mabrour, multiplie dorénavant ses activités pour la promotion de tout ce qui est interculturel.

Journées d’études pour la poésie et l’art
«Récemment, j’ai tenu, avec le laboratoire, une journée d’études dédiée à la poésie et l’art», détaille Mme Fellahi, qui cite comme deuxième membre la professeure Najlae Nejjar, tout en mettant en avant la faculté qui valorise aussi les étudiants jusqu’au cycle du doctorat. L’objectif en étant, en outre, de valoriser la poésie par les professeurs et les étudiants en même temps. « Par la même occasion, j’ai insisté sur le fait que les étudiants sont censés être initiés à la recherche sans besoin d’attendre le master ou le doctorat à cet effet », estime-t-elle. Histoire d’amorcer une initiative. « On donne rarement la parole aux étudiants. Cependant, j’ai pris cette initiative», avance-t-elle en allusion à l’idée d’associer les étudiants à cet événement. Et ce n’est pas tout! «J’ai même incité des étudiants à publier des recueils de poésie », révèle la professeure dont l’œuvre vient également de paraître. Une publication intitulée « Un monde de maux en mots et en images». Mieux encore, Salma Fellahi vient de décrocher, en tant que poète et auteure au top 100 international, un certificat délivré par la Fédération internationale de la culture et de l’art.

Publications et credo du laboratoire
Le laboratoire contribue, de plus, à la promotion de la publication des ouvrages de ses membres. C’est le cas de l’ouvrage collectif « Enseignement des langues et des soft skills à l’université marocaine. Enjeux et défis ». De surcroît, le LERIC organise des formations complémentaires, des séminaires doctoraux, des journées dédiées aux jeunes chercheurs ainsi que des colloques internationaux avec d’autres partenaires. A propos des recherches sur l’interculturel, le laboratoire indique que celles-ci « interrogent les productions littéraires et artistiques nées du métissage imposé par la mondialisation ». « Ce chevauchement des cultures, au sein de chaque communauté, amène a posteriori tout chercheur à puiser dans ce vivier disciplinaire de sciences humaines concomitantes, qui ont un lien inextricable avec la matrice littéraire (sociolinguistique, sciences du langage, communication, sociologie, psychologie, éthologie, anthropologie…) », enchaîne le même laboratoire.

Articles similaires

Culture

Six artistes évoquent l’identité à l’espace Artorium

La Fondation TGC organise du 8 juin et jusqu’au 22 juillet l’exposition...

Culture

Dir iddik se lance en street art

La campagne Dir Iddik, initiée par inwi, innove. Cette fois-ci, elle dédie...

Culture

Un grand come-back pour le moussem de Tantan

A l’initiative de la fondation Almouggar, le moussem de Tan Tan se...

Culture

Abdennaceur Mekkaoui fait opérer la magie du qanun

Tout nouveau. Le chercheur et musicien marocain, Abdennaceur Mekkaoui, vient de publier...