«La Théorie des aubergines» de Leïla Bahsaïn dans la short list du prix de la littérature arabe 2021

«La Théorie des aubergines» de Leïla Bahsaïn dans la short list du prix de la littérature arabe 2021

Décerné en France par la Fondation Lagardère et l’IMA

La Fondation Jean-Luc Lagardère et l’Institut du monde arabe viennent de présenter la sélection officielle du 9ème Prix de la littérature arabe 2021. Ainsi la jeune écrivaine franco-marocaine Leïla Bahsaïn figure cette année dans la sélection avec son second roman intitulé «La Théorie des aubergines», paru aux éditions Albin Michel en mars 2021.

Un roman savoureux et généreux sur l’art de se réinventer
De son écriture séduisante, Leïla Bahsaïn raconte avec humour, tendresse, à travers son œuvre, le destin de ces femmes et hommes, tous un peu cabossés par la vie et qui vont se retrouver au sein d’une cuisine, où se joue beaucoup plus qu’il n’y paraît, beaucoup plus que les quelques repas que l’on y prépare. On croise surtout Dija, rédactrice dans une agence de publicité dans la paisible ville de Plombières, département des Vosges. Plus exactement ex-rédactrice dans une agence de publicité, puisque cette dernière vient de l’éconduire sans ménagement et de la condamner au statut de chômeuse avant de lui proposer d’en sortir en rejoignant une entreprise d’insertion par la cuisine. «L’atmosphère est chaleureuse et sympathique, les effluves délicieux et le casting relevé : il y a Véronique, l’infirmière en burn-out, Jean, le grand timide, Gérald, un repris de justice à la petite semaine, Johnny-Bryan, un altruiste opposé à l’idée même de travail… d’autres personnages non moins attachants et hauts en couleur les rejoindront. Sous la houlette optimiste du chef Achour, convaincu des bienfaits de l’esprit collectif et de l’entraide, cette jolie assemblée d’âmes brisées va apprendre à s’apprivoiser en se réconciliant avec les saveurs de la vie», peut-on lire dans la présentation du roman.

Une récompense de 10.000 euros
Créé en 2013, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe. Comme le précise le communiqué officiel relayé par l’IMA, ce prix est doté de 10.000 euros. Il promeut l’œuvre (roman ou recueil de nouvelles) d’un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d’un ouvrage écrit ou traduit en français et publié entre le 1er septembre 2020 et le 31 août 2021. Présidé par Pierre Leroy, directeur général délégué de Lagardère SA et président-directeur général de Hachette Livre, le jury est composé d’éminentes personnalités des arts, de la culture et spécialistes du monde arabe. On y trouve Nada Al Hassan, spécialiste du patrimoine culturel, le grand artiste et écrivain Mahi Binebine, Mustapha Bouhayati, directeur de la Fondation Luma à Arles, Gilles Gauthier, ancien ambassadeur de France au Yémen, traducteur des livres d’Alaa El Aswany, Kaoutar Harchi, écrivain, Pauline Hauwel, secrétaire générale adjointe du groupe Lagardère et directrice de cabinet de Hachette Livre et autres. Selon la même source, le jury dévoilera la (le) finaliste en automne. Notons que la sélection de cette 9ème édition met à l’honneur la grande richesse de la littérature arabe, à travers les romans d’écrivains et d’écrivaines issus de divers pays du monde arabe.

A propos de Leïla Bahsaïn
Leïla Bahsaïn est franco-marocaine, elle vit actuellement à Besançon. Elle a publié des nouvelles dans la revue Apulée (Éditions Zulma), et dans des publications collectives. Son premier roman «Le Ciel sous nos pas» (Éditions Albin Michel 2019) a été finaliste du Prix du Roman France Télévisions, et a été récompensé par le Prix Méditerranée et le Prix du Livre Européen et Méditerranéen. La Théorie des aubergines, son deuxième roman, est paru en mars 2021 chez Albin Michel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *