Lahlou ou l’opiniâtreté du design

Lahlou ou l’opiniâtreté du design

Sa renommée doit beaucoup au thé à la menthe. Hicham Lahlou est connu dans le monde du design par une théière nommée “Koubba“. C’est sa carte de visite, sa signature, et pour tout dire : son appendice tellement l’homme semble indissociable de cet objet. Il ne quitte jamais son sac à dos. Hicham Lahlou sort cette forme conique à toute personne souhaitant se faire une idée de son design. Ultime récompense de l’opiniâtreté de l’intéressé à exercer un art très peu valorisé au Maroc : sa théière “Koubba“ est exposée de façon permanente au Musée Alessi en Italie. C’est l’un des temples du design moderne au monde. Hicham Lahlou vient de faire une infidélité aux formes anguleuses de sa théière pour une très confortable banquette. Comme il est audacieux, il n’a pas hésité à adresser sa création à une prestigieuse manifestation, nommée Design Lab. Elle se tient dans le cadre du salon du meuble à Paris du 8 au 12 janvier. Le jury de cette manifestation est présidé par un designer de renom : Christian Ghion. Design Lab s’intéresse particulièrement aux jeunes talents. Soixante stands sont dressés pour accueillir les plus inventifs parmi les jeunes designers. Ils viennent cette année du Japon, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-bas, de Turquie, du Liban, des Etats-Unis, mais aussi du Maroc. Hicham Lahlou est fier de représenter le Maroc. Sa sélection est la preuve que “ le travail des designers marocains plaît en Europe, arrive à s’exporter et s’exposer avec les plus grands“. Dans cette manifestation, le Marocain est parrainé par le très célèbre designer français Didier Gomez. D’ailleurs le salon de Hicham Lahlou tient un peu de l’esprit des créations de Gomez. Son salon rappelle par sa disposition dans l’espace les banquettes qui rasent les murs des intérieurs marocains, mais il s’en distingue beaucoup par la matière et le coloris. “Le modèle que j’ai imaginé représentera en quelque sorte cet esprit à la fois traditionnel et finalement très adapté à notre monde contemporain“, commente le designer. En fait, sur un socle en bois équipé de petites roues (ce qui en facilite le déplacement), repose un matelas épais, fixé par des sangles en cuir blanc. Le plateau en bois est également blanc ; l’épais matelas est pour sa part orange. Un traversin de la même couleur réduit la largeur du matelas. Deux grands coussins lui donnent un air familier avec le salon marocain. Avec des lignes amples, ce salon impose une nette impression de confort, et sa fonctionnalité fait défaut aux lourdes banquettes des salons traditionnels. Hicham Lahlou déplore toutefois que les industriels au Maroc n’aient pas encore saisi l’importance du travail des designers. Ils ne les aident pas ne multipliant, par l’industrie, leurs créations. Dans le domaine du design, la tâche du designer est intimement liée à celle des industriels. L’esthétique intervient, certes, activement dans la conception des objets, mais il ne faut pas oublier qu’ils ont été conçus à seule fin d’être fonctionnels, et que leur fonctionnalité dépend de la compétence technique et de la disponibilité des entreprises industrielles qui vont les fabriquer. Quand un designer ne trouve pas chez les industriels la fibre innovatrice, il fait seulement des prototypes ou s’en va ailleurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *