Culture

L’art cubain célébré au Musée Mohammed VI de Rabat

© D.R

Une exposition qui présente la diversité et la créativité des artistes latino-américains

«De l’autre côté de l’Atlantique : L’art cubain», tel est l’intitulé de l’exposition ouverte au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat. Elle met en lumière les artistes modernes et contemporains latino-américains.

 

Le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain s’ouvre cette fois-ci sur l’Amérique latine. Il accueille pour la première fois en Afrique l’exposition «De l’autre côté de l’Atlantique : L’art cubain». Ouverte depuis le 23 février, cette exposition est organisée par la Fondation nationale des musées (FNM) et Alberto Magnan. «Cette exposition est une invitation au voyage, à la découverte, à la réflexion et à la célébration de la richesse artistique cubaine, en offrant un éclairage sur les artistes modernes et contemporains latino-américains», déclare à ce sujet Mehdi Qotbi, président de la FNM. Pour sa part, Alberto Magnan a souligné que «cette exposition permettra de faire découvrir au Maroc l’esprit culturel riche de Cuba à travers une sélection soigneusement choisie d’œuvres d’art modernes et contemporaines des plus grands esprits créatifs ayant émergé à Cuba». Et d’ajouter : «Nous présenterons la meilleure sélection d’artistes du début à la moitié du XXe siècle, ainsi que des artistes les plus innovants de notre époque. Parmi ceux qui sont mis en avant, on trouvera des noms tels que Wifredo Lam, Loló Soldevilla, José Bedia, Kadir López et d’autres».

Riche patrimoine artistique de Cuba
«De l’autre côté de l’Atlantique : L’art cubain» présente les créations de vingt-trois artistes. Elle propose en effet une variété de visions, mêlant les échos du passé et les aspirations du présent, permettant ainsi une meilleure compréhension des influences multiples qui ont marqué l’évolution de l’art cubain. À travers des peintures, photographies, sculptures, installations et vidéos, ladite exposition révèle la diversité des approches artistiques qui caractérisent les créations cubaines modernes et contemporaines. «Cette exposition est révélatrice d’une mise en valeur d’un lien explicite en rapport avec les coordonnées géographiques du Maroc et de Cuba. Situés respectivement aux antipodes est et ouest de cet océan Atlantique qui les sépare autant qu’il les unit. Elle constitue une opportunité pour promouvoir quelques expressions visuelles qui se sont développées à différentes époques à l’intérieur et à l’extérieur de Cuba», exprime le commissaire José Manuel Noceda Fernández.

Parcours en trois parties
Le parcours de l’exposition se décline en trois parties interconnectées. La première, intitulée «Wifredo Lam : cartographie intime». Celle-ci est dédiée à celui qui est considéré comme le peintre cubain le plus universel. «Il est l’un des artistes les plus marquants du XXe siècle. Fils d’un immigrant cantonais et d’une mulâtre cubaine, il est donc le fruit d’un environnement familial métissé, très religieux, dans un contexte spirituel cubain syncrétique», explique le commissaire de cette exposition. Pour l’histoire, Lam a entretenu une amitié personnelle et artistique avec Pablo Picasso, Aimé Césaire et André Breton entre autres, qui l’ont profondément inspiré. Cette section regroupe un ensemble de quarante-six pièces de la collection de son petit neveu Juan A. Castillo Vázquez, réalisées entre 1936 et 1958 et qui pourrait constituer l’une des rencontres pionnières de l’héritage de Wifredo Lam où convergent l’ethnoculturel cubano-caribéen et le continent auquel l’inspiration de Lam doit tant.

En ce qui concerne la 2ème section intitulée «Les deux concrets : Loló Soldevilla et Sandú Darié», elle met en évidence quelques expressions de l’abstraction cubaine dans les années cinquante, à travers le regard de ces deux protagonistes du «groupe des concrets». Elle dévoile ainsi une perspective sur cette période artistique. «L’art cubain de la première moitié du XXe siècle a été marqué par un tournant exceptionnel dans les années 1950. En effet, contrairement à l’art figuratif qui avait dominé jusqu’à cette époque, certains artistes qui, individuellement ou en groupe, se sont nourris de langages abstraits pour la réalisation de leurs travaux. Les plus connus d’entre eux s’appelaient «le groupe des onze» et «le groupe des dix peintres concrets» », explique M. Noceda Fernández.
Enfin, la dernière section, baptisée «Territoires sans limites», elle propose une exploration de quelques aspects des arts visuels cubains les plus récents, qui ont émergé entre la fin du XXe siècle et les premières décennies du présent millénaire. Elle rassemble des artistes de Cuba et de sa diaspora, dont les parcours variés convergent dans un champ ouvert et expansif, où tout est possible.
Une fois de plus, «De l’autre côté de l’Atlantique : L’art cubain» offre aux visiteurs une opportunité exceptionnelle de découvrir la diversité et la créativité des artistes latino-américains.

Articles similaires

Culture

9ème Forum international d’architecture à Marrakech

Conférences et ateliers scientifiques au programme

Culture

Rajaa Achaoui expose ses œuvres à Rabat

La plasticienne Rajaa Achaoui exposera, du 19 au 29 avril à la...

Culture

24ème édition de FICAK: Deux films marocains en lice pour le prix «Ousmane Sembène»

13 longs métrages et 14 courts métrages seront en lice à la...

Culture

«Morocco Chess Week» : Pour promouvoir le jeu d’échecs dans toutes ses dimensions

L’événement prévoit l’organisation de deux nouveautés majeures

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus