Culture

Le journaliste EL Habib Lasri documente les relations maroco-africaines

© D.R

«Les relations maroco-africaines par le biais des médias». Ainsi s’intitule le nouveau livre de El Habib Laasri, journaliste à la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), qui y aborde le parcours de ces relations.

L’intérêt de ce livre réside, d’après l’auteur, dans «l’accompagnement médiatique des faits ayant marqué la relation du Royaume du Maroc avec sa profondeur africaine». Cette publication met également en avant «la contribution des médias en diffusion auprès du public de cette relation outre son analyse et sa documentation».

Teneur du livre
Dans les détails, cette publication est établie en 420 pages et deux chapitres outre des annexes. Le premier couvre la période 1958-1981 pour aborder le «rôle des médias dans l’accompagnement et la documentation des faits ayant marqué les relations entre le Maroc et l’Afrique». Quant au deuxième chapitre, il est consacré à «l’accompagnement des relations maroco-africaines par les médias à l’aune des mutations de la cause nationale (1980-2017)». Quant à la méthodologie, elle est marquée par «un enchaînement des faits ayant marqué ces relations». Et ce n’est pas tout ! L’auteur focalise sur «le rôle des Rois alaouites en construction et garantie de la pérennité des relations entre le Maroc et le continent, ainsi que leur consolidation ».

Retour sur l’apport de feu SM Mohammed V
A commencer par le règne de feu SM
Mohammed V qui «a mené le projet de décolonisation de l’Afrique». «Pour lui, l’indépendance du Maroc n’est parachevée que par celle des pays africains», précise l’écrivain en mettant en avant le grand rôle du Roi défunt outre celui de son successeur pour la naissance de l’Unité africaine. «Feu Hassan II était l’un des fondateurs de l’Organisation de l’unité africaine en 1963 à Adis Abeba, capitale d’Ethiopie, après des congrès préalables à l’idée de cette création», révèle le journaliste. Cette publication est aussi l’occasion pour M. Lasri de remonter le temps. «Cette ambition d’unité a fait face au complot autour de la souveraineté du Maroc et l’unité de ses territoires en permettant l’accès à l’organisation, par des antagonistes du Royaume, d’une entité n’ayant ni territoire ni souveraineté. Ainsi le pays s’en est retiré tout en gardant, cependant, des relations bilatérales exceptionnelles avec plusieurs pays frères et amis», avance l’écrivain.

De la nouvelle ère
L’auteur, également chercheur, s’est arrêté sur la nouvelle ère, celle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a, d’après lui, « investi les acquis réalisés auparavant au niveau de la relation du Maroc avec sa profondeur africaine». «Le Souverain a fait le choix d’une stratégie intelligente en traitement avec le continent. Il a, en fait, adopté l’approche économique avant celle politique pour renforcer ces relations et s’est même ouvert sur les pays qui vont à l’encontre de son intégrité territoriale et appuient l’idée séparatiste. Le tout en tissant des partenariats avec eux comme avec les pays amis en faisant valoir la logique du gagnant-gagnant», ajoute l’écrivain. Cette stratégie a, d’après lui, donné ses fruits et permis au Royaume de récupérer sa place dans l’Organisation de l’unité africaine, notamment «l’Union africaine» en 2017.

C’est le titre de la boite
De la valeur ajoutée de l’auteur
Médias : Dans son livre, M. Lasri révèle « la manière et l’ampleur de l’accompagnement médiatique de ces étapes historiques outre la contribution énorme qu’avaient faite et font les médias pour le triomphe des causes du Maroc, notamment la marocanité du Sahara ». Il révèle aussi l’ampleur de « la défense des causes africaines à travers un rayonnement médiatique nécessaire aux initiatives du Royaume, notamment en développement, lutte contre la pauvreté et la précarité outre le plaidoyer au profit de l’Afrique dans différentes manifestations internationales ». Et ce n’est pas tout ! L’auteur révèle que le sujet lui a « imposé de consacrer le premier chapitre à la relation des médias à l’histoire». De quoi faire l’intérêt du livre de ce journaliste qui a un doctorat en histoire et médias outre son expérience éminente à la SNRT. Il a déjà participé à des formations aux Etats-Unis, en Chine, Italie et Egypte. Comme il a décroché plusieurs prix. De plus, son compteur est garni d’un livre autour de la télévision publique et son avenir à l’ère de la technologie numérique.

Articles similaires

Culture

FIDADOC 2024 «Les mots qu’elles eurent un jour» de Raphaël Pillosio remporte le Grand Prix

Le film «Les mots qu’elles eurent un jour» du réalisateur français Raphaël...

Culture

Le groupe entame une tournée dans plusieurs villes : «Fillas de Cassandra» apporte la musique galicienne au Maroc

À l’occasion de la célébration de la Fête de la musique, l’Institut...

Culture

Rencontre autour du livre «Au détroit d’Averroès» de Driss Ksikes à Casablanca

The Kitab Club, en collaboration avec la maison d’édition Le Fennec, organisent...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux