Accueil Couverture Le Maroc vise 26 millions de touristes d’ici 2030
CouvertureCultureUne

Le Maroc vise 26 millions de touristes d’ici 2030

La ministre Ammor a présenté le budget sectoriel au Parlement

Le Royaume veut doubler les arrivées de touristes avant la fin de cette décennie. Alors que le marché international se remet peu à peu des effets de la crise sanitaire ayant frappé de plein fouet le tourisme mondial, le Maroc se positionne déjà pour la reprise qui se profile. Encouragé par les résultats enregistrés au cours de cette année 2022 s’approchant du niveau d’avant la crise, le pays voit grand pour le secteur au cours des prochaines années.

C’est ce qui ressort en tout cas de l’intervention de la ministre du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire au Parlement. Devant les députés, Fatim-Zahra Ammor s’est montrée plutôt optimiste pour le futur à l’occasion de la présentation du budget du secteur pour le prochain exercice budgétaire. Le gouvernement mobilise de nouveaux moyens dans le cadre du projet de budget, faisant la part belle aux investissements. Le budget prévisionnel alloué au département du tourisme se chiffre à plus de 691,7 millions de dirhams (MDH) en 2023, a-t-elle indiqué.

Mme Ammor, qui présentait le projet du budget de son ministère devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants, dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) au titre de l’exercice 2023, a précisé que le budget prévisionnel consacré à l’investissement pour le tourisme s’établit à plus de 628,56 MDH. Passant en revue les principales mesures du plan d’action de l’année prochaine, la ministre a fait état de la mise en oeuvre des résultats de la nouvelle feuille de route pour le secteur qui vise à doubler le nombre de touristes pour atteindre 26 millions d’ici 2030. Elle a également cité l’accélération des mesures de marketing et de promotion pour augmenter les arrivées de touristes ainsi qu’un appui technique et financier dans le cadre de conventions signées ou en cours de signature pour le développement du produit touristique.

Il s’agit aussi de la reprise des études liées au secteur du tourisme après une interruption de deux ans. Pour ce qui est du budget prévisionnel du département de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, il s’élève à près de 378,74 MDH, dont 213,41 MDH dédiés à l’investissement, a fait savoir Mme Ammor. La ministre a noté plusieurs actions dont notamment la mise en oeuvre intégrale de la loi n°50.17 relative à l’exercice des activités de l’artisanat, du chantier du Registre national de l’artisanat et du programme de généralisation de la protection sociale. Pour rappel, les exportations des produits d’artisanat ont bondi en 2021, avec un chiffre d’affaires dépassant les 893 millions de dirhams (MDH), soit une croissance de 50% par rapport à l’année précédente.

C’est le titre de la boite

Investissement

La Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) prévoit un montant total des investissements (hors programme Forsa et appui aux établissements d’hébergement touristique – EHT) de 2,2 milliards de dirhams (MMDH) durant la période 2023-2025, selon le rapport sur les établissements et entreprises publics (EEP). Ainsi, la société investira 635 millions de dirhams (MDH) en 2023, 750 MDH en 2024 et 815 MDH en 2025, précise ce rapport accompagnant le projet de loi de Finances (PLF) de l’année prochaine. D’après la même source, les investissements prévisionnels au titre de 2022 se chiffrent à plus de 2,26 MMDH et concernent l’appui de l’Etat pour la mise à niveau des EHT (597 MDH), le financement de l’opérationnalisation du programme «Forsa» (1,243 MMDH), l’ingénierie et l’influence (27 MDH), le développement du foncier (60,2 MDH) et l’investissement dans le développement du produit touristique (produit culture, nature, balnéaire et le soutien à la TPE/ PME touristique) pour un montant de 338,39 MDH.

C’est le titre de la boite

Guide touristique

Mme Ammor a présenté un projet de loi n°19-22 modifiant la loi 5-12 réglementant la profession de guide touristique, rappelant que parmi les dispositions les plus importantes prévues par la loi n°05.12 figure la fixation d’une période de deux ans comme phase transitoire pendant laquelle le statut des personnes ayant des compétences de terrain sera réglé sans l’exigence de formation. Ce délai susvisé a été prorogé par la loi n°93.18 en modifiant la loi n°05.12, de deux à six ans, qui a pris fin le 7 mars 2022, a-t-elle relevé, notant cependant que la situation épidémiologique et les conséquences économiques de la Covid-19 ont eu des répercussions négatives sur le secteur du tourisme en général et sur la profession de guide touristique en particulier. Et de soutenir que la modification proposée dans le projet de loi permettra de prolonger la période transitoire précitée de deux à huit ans, qui arrivera à son terme le 7 mars 2024. Elle permettra de régulariser la situation des personnes ne répondant pas à l’exigence de formation mais disposant de compétences de terrain en donnant à l’administration un délai supplémentaire pour qu’elle puisse organiser l’examen professionnel dans les meilleures conditions compte tenu des enjeux liés à la profession et le retour progressif de l’activité touristique au Maroc.

Articles similaires

Alerte météo: La vague de froid se poursuit jusqu’au jeudi

Un temps froid avec des températures minimales entre -8 et 3°C et...

Le Maroc rouvre son ambassade à Baghdad

Le Maroc a rouvert samedi son ambassade à Baghdad. La cérémonie d’inauguration...

Commission des investissements : Des projets de plus de 28 MMDH approuvés vendredi

12 projets de conventions et 14 avenants ont été examinés ainsi que...

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie