970x250

Le musée de Bank Al-Maghrib célèbre ses 20 ans d’existence

Le musée de Bank Al-Maghrib célèbre ses 20 ans d’existence

Il présente une programmation spéciale pour la rentrée sous le thème «Art et Monnaie»

  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.16.40
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.15.16
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.15.26
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.15.34
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.16.03
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.16.25
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.16.30
  • Capture d’écran 2022-09-28 à 14.16.37

Dans le cadre de la célébration de son 20ème anniversaire, le Musée de Bank Al-Maghrib consacre une programmation culturelle spéciale autour de la thématique «Art et Monnaie». Au menu quatre expositions inédites organisées dans quatre espaces et trois villes. La première est baptisée «Une archéologie des images, le billet de banque marocain au prisme de l’histoire et de l’art». Organisée jusqu’au 30 octobre au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain à Rabat, cette exposition présente la richesse des collections numismatiques et artistiques. Elle explore en effet plusieurs histoires, notamment celle des œuvres d’art et de l’imagerie coloniale documentaire et artistique, celle du protectorat et de l’indépendance du Maroc, et enfin celles de l’histoire de l’art au Maroc et de l’histoire de l’art occidental. «En passant par l’héritage architectural et ornemental, et par les premières œuvres de peintres marocains, jusqu’aux affirmations des artistes de la modernité, l’exposition dévoile le riche référentiel des images des artistes-peintres, dessinateurs et graveurs du billet de banque», explique le commissaire de l’exposition Nadia Sabri. On découvre, ainsi, tout au long de ce voyage dans le temps, des œuvres d’art, de la collection du Musée de Bank Al-Maghrib, harmonieusement disposées avec les billets de banque. Ainsi, le passage de l’histoire coloniale à l’indépendance se dessine sur les billets de banque, inspiré dans un premier temps par l’imagerie coloniale documentaire et artistique, mais aussi par l’histoire de l’art au Maroc et l’histoire de l’art occidental.
En ce qui concerne la deuxième, elle s’intitule «Tanger Monnayage du Maroc Antique effigies et symboles». Prévue jusqu’au 31 décembre 2022 à la galerie Mohamed Drissi de Tanger, cette exposition est consacrée à un point de vue artistique et essentiellement iconographique du monnayage de la MaurItanie dans son ancrage immédiat et celui méditerranéen proche. Par un ensemble de mises en lien et de correspondances, de moments de transitions et d’anachronismes, elle offre un kaléidoscope d’images autour de la monnaie.
Les points de rencontres convergent vers le sujet du portrait et de l’expression symbolique des astres, de la faune et de la flore qui unissent les cultures et civilisations de l’antiquité. Le monnayage du Maroc antique nous fait traverser les géographies et leurs iconographies pour aboutir à leur dimension universelle et atemporelle, lit-on dans le catalogue de l’exposition.
Le programme comprend également l’exposition intitulée «La voie du trait : la calligraphie, entre l’art et la monnaie au Maroc» prévue prochainement au Palais Bahia de Marrakech ainsi que «Les métiers d’art à Dar Es-Sikkah» au Musée de Bank Al-Maghrib de Rabat. Selon les initiateurs, il sera procédé à partir du mois prochain au réaménagement scénographique de l’exposition permanente «L’histoire du billet de banque marocain».

Le passage de l’histoire coloniale à l’indépendance se dessine sur les billets de banque, inspiré dans un premier temps par l’imagerie coloniale documentaire et artistique, mais aussi par l’histoire de l’art au Maroc et l’histoire de l’art occidental.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *