Accueil Culture Le nouveau vidéoclip allie les deux stars, Asma Lmnawar et Assala «Sid Lghram», 7ème en tendance mondiale
Culture

Le nouveau vidéoclip allie les deux stars, Asma Lmnawar et Assala «Sid Lghram», 7ème en tendance mondiale

Single: Une belle performance pour «Sid Lghram» (Maître de l’amour) des stars Asma Lmnawar et Assala. Le vidéoclip de ce single est, d’après la chanteuse marocaine, classé «7ème dans la tendance mondiale».

 

La position du clip du nouveau tube «Sid Lghram» vient d’être vantée par l’artiste Asma Lmnawar sur sa page officielle Instagram. «La vidéo occupe la septième place parmi les œuvres les plus regardées dans le monde», poste-t-elle sur son réseau social à propos de son morceau avec Assala. Le tout sans manquer de devoir une fière chandelle à son groupe de travail. «Salutations à l’équipe créative qui a contribué au succès de cette œuvre», exalte la chanteuse marocaine en énumérant les membres qui la composent. A commencer par le poète Mohamed El Maghribi et le compositeur Mehdi Mouzayine, ainsi que les arrangeurs, Tarik Lahjili et Madara. Elle cite également le guitariste marocain Amine Ennaâmi outre le responsable de l’audio Yassine Lmnawar qui n’est autre que le frère de l’interprète et son manager.

Et ce n’est pas tout. «L’enregistrement, l’interprétation et l’arrangement sont entièrement conçus dans le Royaume par des musiciens marocains », détaille-t-elle. Elle n’hésite également pas à rappeler l’apport du studio Ny Music où la voix d’Assala est enregistrée, ainsi qu’à la société de production Rotana. Mieux encore, elle envisage de revenir avec plus d’informations. «Les autres détails sur la photo, la réalisation et le groupe de travail chargé de mon apparition suivront dans un post ultérieur», ajoute-t-elle.

Environ 4 millions de vues
En outre, le clip récolte, quelques jours après son lancement, un grand nombre de vues qui avoisinent les 4 millions. En prélude à ce chiffre, la vidéo arrive à rafler un million de vues dès le lendemain de sa sortie. Et il y a de quoi. Les mélomanes y apprécient notamment une artiste syrienne, de son vrai nom Nasri, qui chante parfaitement en dialecte marocain telle une compatriote originale. Depuis le début du clip, ils apprécient également des airs espagnols de par les rythmes ainsi que l’aspect vestimentaire de la chanteuse marocaine. Chose qui se confirme davantage vers la fin lorsqu’une danseuse flamenco s’y affiche clairement aux côtés des deux chanteuses qui se dotent également de tenues marocaines. Ensemble, elles sont en pleine symbiose. «Un single chargé de joie et d’attirance. Je suis sûre que vous l’apprécierez.

Il est fait avec tout l’amour qui nous lie toutes les deux», révèle, de son côté, l’artiste issue de Damas, alias «Sola», en allusion à son émission portant le même nom, qui veille à maîtriser le darija et le rythme marocain. Un pari réussi. En tout, elles joignent leurs voix, sans ménager aucun effort, dans la même œuvre dédiée non seulement aux fans arabes et du Golfe, mais aussi et surtout marocains. De quoi clôturer l’année en toute beauté.

C’est le titre de la boite

Retour sur le parcours artistique des deux chanteuses
Carrière.  Asma Lmnawar, d’origine marocaine, évolue dans les pays du Golfe. Bien qu’elle interprète également des singles dans les dialectes de ces pays, elle demeure fidèle au patrimoine du Royaume. En témoigne par exemple sa reprise de l’œuvre «Andou zine» (Il a toute une beauté chez lui). De son côté, Assala est une Syrienne dont la renommée est indéniable dans le monde arabe. Elle est également appréciée au Maroc qu’elle chérit à son tour et où elle anime plusieurs concerts lors de différents festivals comme Mawazine. Ses spectacles attirent un grand nombre de mélomanes dans le Royaume. D’autres sont susceptibles d’être appréciés après sa maîtrise du dialecte marocain dans «Sid Lghram».

Articles similaires

Khadija Assad, une étoile s’est éteinte

La star emblématique de la télévision et du cinéma marocain, Khadija Assad,...

Une fondation dédiée pour Casablanca et le Maroc

Une nouvelle fondation du patrimoine musical marocain voit le jour. Elle rassemble...

Fatima Amahzoune publie un nouveau livre

« Moha Ou Hammou Zayani Amahzoune, la saga d’un grand guerrier (1857-1921)»...

«Le concept de Factory est différent d’une galerie classique»

L’artiste-peintre tangéroise Najoua El Hitmi parle de son nouvel espace/atelier factory qu’elle...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie