«L’école de l’espoir» : Un portrait touchant de la tribu Oulad Boukais

«L’école de l’espoir» : Un portrait touchant de la tribu Oulad Boukais

Il sera diffusé le 3 octobre sur la chaîne 2M

Après avoir sillonné le monde et remporté de nombreuses distinctions, le film «L’école de l’espoir» de Mohamed El Aboudi sera projeté au petit écran. Il sera diffusé dimanche 3 octobre à 21 h 40 sur la chaîne 2M, dans le cadre de la série documentaire Des Histoires et des Hommes (H&H). Présenté récemment en avant-première au cinéma Rif de Casablanca, ce film émouvant est un portrait intime et optimiste des Oulad Boukais. Une tribu habituée aux vastes espaces des plateaux de l’Atlas poussés à se sédentariser en raison de la sècheresse et des changements climatiques. Afin de donner une chance à ses enfants, cette communauté rurale a construit une école au milieu de nulle part et fait appel à un jeune instituteur qui, dans un environnement dur, accepte de dispenser le savoir et l’éducation. «Depuis une dizaine d’années, le changement climatique et la surexploitation agricole ont forcé les tribus nomades à se sédentariser. Nombreux sont ceux qui sont partis pour la ville, mais ils n’y ont trouvé que la misère.

L’autre solution est de rester et s’installer durablement, ce qui implique de s’organiser, autrement dit d’organiser l’avenir. Cela commence par la construction d’une école», explique le réalisateur dans une note de présentation. Reconnue comme une oeuvre majeure, «L’école de l’espoir» co-produit par 2M, La Prod, Bellota Films et Illume, a connu son avant-première mondiale à l’International Documentary Festival of Amsterdam. Depuis, il a sillonné la planète et raflé plusieurs prix dont le prix spécial du jury aux Hotdocs de Toronto. Pour noter, Mohamed El Aboudi est né et a grandi au Maroc. Il est titulaire d’une licence de théâtre de l’Université de Fès (1991) et d’un master en film et télévision de l’Université de Bond, en Australie (1997).

D’ailleurs, il a réalisé des documentaires sur des demandeurs d’asile, des mères d’immigrants, des artistes, et sur une petite fille atteinte de trisomie 21. Ses films ont été montrés dans plusieurs festivals du monde entier. Son documentaire «Dance of Outlaws» a remporté le Grand Prix Enjeux Méditerranéens au PriMed, Festival de la Méditerranée en images en 2013.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *