L’écrivaine Khnata Bennouna dédie le montant de son prix littéraire à la Palestine

L’écrivaine Khnata Bennouna dédie le montant de son prix littéraire à la Palestine

Dès qu’il s’agit de la cause palestinienne, l'écrivaine marocaine Khnata Bennouna a le cœur sur la main.

L'écrivaine marocaine a fait don, mercredi 21 mai 2014 au siège de l'Union des écrivains du Maroc à Rabat, à l'Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, du montant du Prix Al Qods qui lui a été attribué récemment au Sultanat d'Oman par l'Union générale des écrivains et hommes de lettres arabes.

Et le geste généreux de cette écrivaine militante a été agréablement reçu par l'Agence Bayt Mal Al Qods Acharif.

Selon le directeur de cette agence, " ce don est la meilleure illustration des contributions apportées par l'ensemble des Marocains en guise de soutien à la résistance de nos frères maqdessis". Il a ajouté : le Maroc, Roi, gouvernement et peuple, demeure le premier bailleur de fonds de l'Agence.



Pour ce qui est de l’usage du montant du Prix Al Qods, il servira, à l'instar de tous les dons que l'Agence reçoit, au financement de projets sociaux ayant un impact direct et concret sur le quotidien des maqdessis, dans le cadre des programmes menés par l'Agence dans la ville sainte, conformément à son plan quinquennal 2014-2018. 


Pour l'ambassadeur de Palestine à Rabat, Amine Abou Hassira, Khnata Bennouna est une femme de lettres qui a toujours suscité l'admiration du public dans le monde arabe : « elle fait partie des auteurs qui ont marqué l'histoire de la littérature arabe ».


L'ambassadeur du Sultanat d'Oman au Maroc, Abdallah Bin Oubaid Al Hanai, a-t-il aussi fait part de sa considération à l'égard de l'oeuvre de Mme Bennouna, dont l'apport «n'est guère étranger au peuple généreux du Maroc».

Emue, Mme Bennouna quant à elle, n’a pas manqué de relever la valeur symbolique que représente pour elle ce prix littéraire qu’elle a dédié à SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, au peuple marocain et à toutes les plumes engagées dans le monde entier qui défendent cette cause.


Il y a lieu de rappeler qu’un ouvrage intitulé "Khnata Bennouna dans les miroirs réfléchis" vient d’être édité à Sultanat d’Oman. Il compile une série d'articles autour de cette femme de lettres, rédigés par des personnalités de renom tels que les défunts Allal El Fassi et Abdellah Guennoun. Parmi les œuvres de Khnata Bennouna, « Annar wa Al-’Ikhtiyar », (Incendie et Choix), (1969)  récompensé du  Prix littéraire du Maroc en 1971. Elle a publié ensuite « Assawt wa Assurah », , ( le Son et l’Image), (1975), «  Al-A’asifah »  (La Tempête) (1979),  « Al-Ghad wa Al-Ghadab », (Demain et la Colère), (1981), « Assamt Annatiq », (le Silence parlant), (1987) « Dikrat al Ghalam », (Souvenir de Plume), (réédition 2008)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *