970x250

«Les jardins de la musique», une association en projet

«Les jardins de la musique»,  une association en projet

Une association artistique est en cours de création.

C’est sur les terres de l’Atlas, plus précisément à Tamount, qu’elle veut élire domicile à l’initiative de l’association «Ofoq’arts», qui œuvre à promouvoir la création artistique, et du musicien Abdelhak Ouardi, qui a enseigné à Casablanca, Safi et Essaouira, qui se sont rencontrés à l’espace «Tamount» propriété de My Hafid Frdi et qu’ils qualifient d’espace d’humanité. «De cette rencontre est né le désir de conjuguer leurs talents et compétences pour s’engager dans une aventure artistique», précise cette structure associative. Animées par la disposition du musicien pédagogue, de l’association, qui organise également des événements artistiques à Rabat, et de l’écrin d’accueil, ces trois parties se sont tournées vers «un avenir» qu’elles voulaient «servir». Cet avenir étant, pour les trois, «la jeunesse du Maroc et en particulier celle d’Iminfri à Demnate». «Le Maroc de demain ce sont ces enfants qui grandissent dans ses campagnes et dans ses villes», enchaîne la même structure.

Dans les détails, les trois parties proposent de s’associer pour accueillir les enfants de la région et de les éveiller à la musique avec une initiation au solfège et aux instruments dans un conservatoire local. «Tamount accueillera ces jeunes pousses. Abdelhak Ouardi, qui a également été concertiste en Europe et a créé le groupe Jawa, en sera le pédagogue musicien. Tamount en sera la pépinière ou le berceau et Ofoq’arts l’organisateur», ajoute l’association en cours de création.

Pour commencer, cette structure fait «un appel aux dons» pour les besoins d’instruments de musique. Il s’agit de 10 violons 2/4, ¾ et 4/4 selon l’âge des enfants et leurs tailles, 2 violoncelles, 6 luths, 4 Loutar (modèle Rouicha), 2 guitares classiques et une guitare électrique avec un petit ampli, 2 pianos électriques, 1 synthétiseur, 2 flûtes traversières en Ut, 1 saxophone ténor en Ut et un saxophone ténor en Si b, 2 trompettes en Ut, 4 derbukas, 4 riqs, 4 bendirs, 2 cajons, 10 pupitres et une carte son avec micro pour les cours d’informatique musicale et studio d’enregistrement, 1 djembe (percussion africaine), 1 toma (percussion sénégalaise), 1 kalimba, 2 balafons simples, 2 calebasses, 2 chelenes et 1 cora.
A travers cette initiation à la musique, «Les jardins de la musique» veut, tel qu’elle l’indique, «voir pousser une forêt d’artistes et de musiciens».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.