Les professionnels des arts dramatiques veulent un retour imminent de la vie aux planches

Les professionnels des arts dramatiques veulent un retour imminent de la vie aux planches

Ils s’étonnent de leur exclusion après la reprise d’autres activités économiques

 

Les dramaturges sont en colère. Cette fois-ci, c’est le Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques qui s’exprime sur «son étonnement et son angoisse intenses» de par la négligence du gouvernement des appels de cette structure quant au maintien des mesures de prévention, liées à la pandémie de Covid-19, pour certains espaces culturels. «Nous avons tous appelé le chef de gouvernement, le ministre de la culture, de la jeunesse et des sports, ainsi que celui de l’intérieur à tenir compte des conditions socio-culturelles angoissantes vécues par le domaine des spectacles vivants», précise le syndicat. Ces conditions étant dues à la perte d’emplois suite à l’arrêt total de la vie théâtrale de par les mesures de prévention prises vu l’état d’urgence sanitaire qui marque le pays depuis plus d’un an. Le tout «en l’absence de toute mesure d’urgence pour garantir la continuité du domaine du théâtre et des arts vivants de manière à tenir compte de la nécessité de cet art en tant qu’élément composant l’identité des Marocains».

C’est pourquoi le syndicat, qui donne l’exemple des conditions en vigueur dans d’autres pays pour la continuité de ces arts et qui se montre quand même compréhensif quant aux mesures entreprises dans notre pays, ne manque pas de réitérer son étonnement. «Nous ne comprenons pas la position du gouvernement qui semble flexible, depuis le déconfinement, au profit de l’ensemble des domaines économiques et différentes activités professionnelles contrairement à une certaine sévérité à l’égard de toutes les activités culturelles et artistiques», martèle la structure. Dans ce sens, celle-ci met l’accent notamment sur la poursuite de la fermeture des espaces de spectacle malgré le grand nombre de lettres et notes adressées aux responsables gouvernementaux. Le syndicat y propose des mesures pratiques permettant aux artistes de reprendre leurs activités en tenant compte des mesures sanitaires recommandées tout en adoptant des mesures de réduction en capacité et temps. «Nous sommes convaincus que le théâtre en tant qu’art vivant et de public ne peut retrouver son lustre d’antan qu’après l’éradication de la pandémie. Cependant, nous mettons l’accent sur cette discipline en tant que pratique et exercice continus qui n’admet pas la cessation pour une longue durée à l’instar du sport. C’est pourquoi il faut en garantir la continuité, ne serait-ce qu’avec des conditions minimum», ajoute la même structure.

Pour le syndicat, le théâtre ne peut aussi se passer des salles de spectacle. «Ce qui nécessite la poursuite des politiques publiques en culture et des programmes liés à la saison théâtrale de manière créative pour s’adapter aux conditions émergentes qui ne devraient, en aucun cas, être une raison pour l’arrêt total de la vie culturelle», enchaîne la même source. Mieux encore, les dramaturges, qui rejettent catégoriquement ce traitement, se considèrent une partie intégrante des catégories sociales qui s’adaptent avec la pandémie et évoquent fièrement les rôles historiques du théâtre. «Il est assez désolant de considérer le théâtre comme simple activité de plus ou en tant que luxe», s’exprime le syndicat. Pour cette structure, cette activité ne peut être entravée par la «vague de Coronavirus» ou toute autre vague de passage. C’est pour cela que le syndicat revendique au gouvernement de «revoir cette marginalisation irraisonnable». Le tout en appelant au retour de la vie aux planches avec des mesures d’exception en attendant la délivrance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *