Abdallah Saaf interroge la pensée de la gauche et sa projection sur le Royaume

Abdallah Saaf interroge la pensée de la gauche et  sa projection sur le Royaume

«Écrits marxistes sur le Maroc (1860-1925)»

La maison d’édition Croisée des Chemins vient de publier «Écrits marxistes sur le Maroc (1860-1925)», un nouvel ouvrage d’Abdallah Saaf. Il s’agit d’un livre d’actualité puisqu’il interroge la pensée de la gauche et sa projection sur le Royaume. Selon l’éditeur, le présent recueil recèle un intérêt historique certain. Il est le troisième international qui présente des textes de Marx et d’Engels, de Rosa Luxemburg. Il s’agit de pages puisées dans le récit national, rapportées à travers des regards autres que ceux émanant de documents et d’archives nationaux, mais aussi de représentations relativement expressives des écrits marxistes à propos des univers extra-européens.

Ces textes présentent aussi un intérêt en ce qu’ils informent sur les perceptions, de la gauche occidentale, projetées sur le Maroc de longue date. L’ouvrage reprend ces écrits des fondateurs du marxisme et de leurs successeurs, les situe, les contextualise, les explicite et les interroge.
Composé de 168 pages, le lecteur découvre au sommaire trois chapitres. On y trouve «Marx, Engels et la guerre hispano-marocaine de 1859-1860», «II. Rosa Luxemburg et la crise marocaine de 1911» et «La IIIe Internationale et la guerre de libération du Rif».

«Ce n’est guère aisé de rechercher parmi les quatre cent quatre-vingt-sept articles de Marx et d’Engels, les études et polémiques de Rosa Luxemburg, les textes de la IIIe Internationale, ce qui concernait le Maroc, de les présenter, de les restituer à leur époque. Il revient à A. Saaf d’avoir su montrer que si certains de ces textes «sont loin de représenter les moments forts de l’analyse marxiste du colonialisme» (p. 30), ils révèlent combien «les fondateurs du marxisme et leurs héritiers furent autant des hommes de leur temps que les porteurs d’un discours universel nouveau» (p. 31), peut-on lire dans l’extrait de la préface de Pierre Salama, professeur agrégé Paris-XIII et directeur du GREITD.

A propos de l’auteur

Abdallah Saaf est professeur de science politique à l’Université Mohammed V, directeur du Centre des études et recherches en sciences sociales et directeur de la revue marocaine des sciences sociales Abhath. Il a été, entre autres, ministre de l’éducation nationale et membre de la Commission pour la révision de la Constitution de 2011.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *