Bienvenue en Chine

Bienvenue en Chine

Ce qu’a tenté Murong Xuecun dans «Danse dans la poussière rouge» force le respect et l’admiration. L’écrivain chinois a réussi son pari de révéler les rouages d’un rouleau compresseur nommé justice où la corruption gangrène tous les étages des affaires, du plus banal  au plus corsé. Murong Xuecun nous raconte ici les pérégrinations d’un avocat qui a décidé de se lancer pieds et mains liés dans l’enfer de la corruption tous azimuts pour faire fortune. Rien ne lui résiste.  Il ne recule devant rien non plus.

Ni morale, ni décence, ni serments ne peuvent faire face à sa convoitise. Parue en 2008, cette histoire revient sur la vie tourmentée de Wei Da. C’est un simple campagnard qui a pu devenir juriste en distribuant des pots- de-vin à tout-va. Pour Murong Xuecun, la poussière rouge dont il est ici question, terrain d’une danse bizarre qui ne dit pas son nom, est le symbole de ce monde rempli de mal, où les gens peuvent se déchirer pour avoir ce que l’autre a dans les mains. Un monde cruel. Un monde sans lois. Sans pitié. Un monde pire qu’une jungle. Car, à parcourir ces pages, la justice et ses corollaires paraissent comme une hydre dont les membres se multiplient sans cesse pour broyer des hommes.  

Pour ce jeune juriste, pourtant né durant la révolution culturelle, le monde devrait se couvrir d’une fine poussière blanche, presque imperceptible. Mais tout se colore de rouge. Couleur de sang. Couleur de l’infamie, dans un monde sans sentiments. Rien de manichéen dans cette fable. Il n’est pas non plus question de bons sentiments pour dénoncer des gens mauvais, animés par la cupidité. Mais juste une histoire bien ficelée pour lever le voile sur des pratiques humaines où il ne subsiste rien d’humain. Cette descente aux enfers montre à quel point l’être humain peut devenir vil. Il est capable du pire et de l’inimaginable pour arriver à ses fins. Ici le personnage principal est allé si loin qu’il a pensé tuer une petite amie devenue gênante. Entre cynisme et cruauté, «Danse dans la poussière rouge» est l’un des romans les plus puissants de cette dernière décennie en Chine. Un livre actuel et sans compromis.

Collection Bleu de Chine.
Gallimard. 200 DH

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *