«Carnets de Homs» de Jonathan Littell

«Carnets de Homs» de Jonathan Littell

«Ceci est un document, pas un écrit. Il s’agit de la transcription, la plus fidèle possible, de deux carnets de notes que j’ai tenus lors d’un voyage clandestin en Syrie, en janvier de cette année…», c’est en ces termes que Jonathan Littell parle de son ouvrage.  Aujourd’hui, «Carnets de Homs» est un livre qui prend de plus en plus de poids.

C’est d’abord un acte courageux de la part d’un auteur qui a choisi de se rendre sur place, en Syrie, à Homs, au début du conflit syrien pour voir de plus près les réalités de la guerre sur le terrain, et non, par médias interposés. Ensuite,  le témoignage de Jonathan Littell, après ces deux semaines et demie passées à Homs, au cœur des quartiers opposés au régime syrien, donne corps à un document fort sur une guerre inéluctable dont on ne voit pas la fin aujourd’hui.

Jonathan Littell signe ici un livre fort sur la guerre et ses ravages. L’écrivain britannique  donne ici une clé de lecture de ce  conflit syrien qui s’enlise à chaque jour tant les enjeux sont nombreux et les ramifications de cette guerre dépassent aujourd’hui la géographie syrienne pour toucher les pays voisins, dans un jeu de pistes sur les intérêts de chacun de tirer profit de cette sale guerre.  Mais «Carnets de Homs» c’est aussi une véritable enquête sur le terrain. Ce livre rend compte, dans les détails,  de la vie quotidienne du peuple en révolte de la ville de Homs, de la résistance des déserteurs de l’armée syrienne libre et des atrocités commises par les forces gouvernementales.

Jonathan Littell, l’auteur des «Bienveillants», grand succès chez Gallimard, livre un document brûlant sur un peuple livré à lui-même face au mutisme et l’inaction des grandes forces de ce monde. D’ailleurs, on le voit bien, depuis longtemps, la communauté internationale s’est lavée les mains de cette guerre. A telle enseigne qu’aujourd’hui ce sont des groupes ouvertement affiliés à Al Qaïda qui prennent les devants de la scène face à l’inaction internationale. Ces textes écrits avec beaucoup de simplicité, au plus près des gens, «rendent compte d’un moment bref et déjà disparu, quasiment sans témoins extérieurs, les derniers jours du soulèvement d’une partie de la ville de Homs contre le régime de Bachar al-Assad, juste avant qu’il ne soit écrasé dans un bain de sang qui, au moment où j écris ces lignes, dure encore.» comme le précise Jonathan Littell.

Dans un style limpide, Jonathan Littell nous met face à la guerre avec tout ce qu’elle comporte d’horreur, de désespoir et de victimes.  Aujourd’hui après plus de trois années de guerre, le bilan humain est lourd. Et ce n’est pas fini. Le conflit prend de nombreuses sinuosités et ouvre le champ à toutes possibilités entre extrémisme religieux et risque d’embrasement de toute la région. «Carnets de Homs» est un livre puissant sur une guerre où tout est possible sans aucun  espoir de rédemption.

Editions Gallimard. 240 DH

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *