Dans un livre à paraître : Salma Fellahi associe le public à la conception de ses «Esprits nomades»

Dans un livre à paraître : Salma Fellahi associe le public à la conception de ses «Esprits nomades»

Les gens ne lisent plus et n’aiment plus lire. «En les intégrant dans une œuvre, ils seront intéressés et encouragés à aimer la littérature et l’art».

Un livre écrit par son auteure et le public. Du jamais-vu, du moins dans le pays. Cependant, l’idée émane de l’écrivaine marocaine Salma Fellahi qui précise que sa publication à paraître est «un projet assez particulier». Pour elle, cette œuvre, intitulée «Esprits nomades», est «une première au Maroc».

Pour mieux présenter son livre dont la commercialisation en ligne est prévue au cours de cette semaine, elle organisera deux rencontres. La première sera destinée, comme elle le détaille, à la présentation de son œuvre. «Lors de la deuxième rencontre, je recevrai les personnes qui ont déjà acheté mon livre dont certaines pages sont encore vides», avance-t-elle. Tel que l’explicite l’auteure, cette deuxième rencontre sera également destinée à «compléter» l’œuvre également garnie de ses propres peintures et des illustrations d’Abdellatif Fellahi. «Les personnes qui l’ont achetée vont s’inspirer de mes vers pour peindre et de l’histoire pour terminer celle-ci», ajoute-t-elle. Mieux encore, l’auteure a préféré ne pas faire de résumé pour sa publication.

«Ainsi, je laisse un peu chacun imaginer l’histoire», avance-t-elle en en donnant un avant-goût. En fait l’intrigue parle d’un homme agonisant qui hallucine et parle à une autre personne dans le paradis. Celle-ci s’était donné la mort à cause de cet homme qui agonise et parle de l’au-delà pour lui demander pardon. Elle finit par le remercier même s’il lui a fait beaucoup de mal. «C’est à la fois une histoire étrange, triste et assez philosophique pour remettre les gens en question», commente l’écrivaine qui, à travers sa démarche, veut également inciter les étudiants à imaginer et prendre part au livre. Comme elle le rappelle, les gens ne lisent plus et n’aiment plus lire. «En les intégrant dans une œuvre, ils seront intéressés et encouragés à aimer la littérature et l’art», estime-t-elle.

Outre la suite poétique «Esprits nomades», dont la sortie officielle est prévue dans deux mois, Salma Fellahi, également professeure de littérature française à El Jadida, a déjà publié d’autres ouvrages. Elle compte à son actif «La poétique du Melhoun marocain» (2017), «L’amalgame de l’Eros et du Thanatos dans les contemplations de Victor Hugo» (2018) et «Luttes et chimères» (2018). Elle a même publié des articles et dirigé voire illustré récemment deux volumes du dix-septième numéro dédié à l’Afrique de la revue «Legs et Littérature», publiée par une association portant ce même nom. De quoi faire rayonner le nom de la professeure marocaine ici et ailleurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *