Livre : La sélection de la semaine

Livre : La sélection de la semaine

œuvres complètes de Jean d’Ormesson
 

Comme on lui demandait un jour s’il n’avait pas été tenté de varier son style, Jean d’Ormesson répondit qu’il était au contraire heureux d’avoir pu rester identique à lui-même. «C’est pour cela, précisait-il, que vous retrouverez, par clin d’œil et comme une marque de fabrique, dans chacun de mes livres, un passage d’un livre précédent». Le lecteur découvrira ces discrets rappels dans les quatre ouvrages ici réunis et dont – c’est la première vertu d’un tel recueil – l’unité saute aux yeux : la préoccupation essentielle de l’auteur et de ses personnages, le trait commun à toutes les histoires auxquelles ceux-ci donnent vie (récit d’une jeunesse, histoire d’un Empire, histoire d’une famille, histoire sans fin des pérégrinations du Juif errant), c’est le temps. Le temps qui dure, le temps qui passe, celui contre lequel on remporte parfois des victoires plus ou moins éphémères…

Editions Gallimard. 380 DH.

 

François Mitterrand de Michel Winock

«Prince de l’ambiguïté», personnalité ondoyante, maître de l’équivoque, François Mitterrand a souvent déconcerté ses contemporains : vichyste et résistant, homme de droite devenu chef de la gauche, anticommuniste allié aux communistes, dénonciateur de la Ve République dont il finit par incarner comme personne les formes et les usages les plus discutables. Cet homme doublement enraciné dans sa Saintonge natale et dans son fief du Nivernais, aussi féru de littérature et d’histoire que de politique, sut cultiver le secret, dérouter ses partisans et se montrer un jouteur de première force, combatif mais patient, stratège jamais découragé par l’échec. Chez Mitterrand, le privé et le public paraissent si intimement noués que l’un n’est intelligible qu’à la lumière de l’autre. Michel Winock les met en miroir pour explorer la vérité d’un enfant du siècle, qui a traversé les époques, les milieux et les idées sans jamais en renier aucun.

Gallimard. 300 DH.

 

Leiris & Co

Art, littérature, ethnographie… Entrecroisant ces trois disciplines, l’ouvrage, publié à l’occasion de l’exposition «Leiris & Co.», présentée au Centre Pompidou-Metz, retrace la vie et l’œuvre de Michel Leiris (1901-1990). Écrivain, poète, ethnologue, ami des grands artistes de son temps: Masson, Picasso, Miro, Giacometti, Lam, Bacon, Michel Leiris se situe à la périphérie des grands courants du siècle et annonce de façon visionnaire les enjeux contemporains issus de la mondialisation et des études postcoloniales. Plus qu’un portrait de l’homme aux multiples facettes, il s’agit ici d’une autre lecture de la modernité qui va de Raymond Roussel à Picasso, en passant par l’Afrique (la mission Dakar-Djibouti en 1931), le jazz, la tauromachie, l’opéra. En marge du surréalisme, il rencontre Max Jacob, puis Georges Bataille, avec lequel il partage non seulement l’aventure de la revue Documents, mais aussi l’intérêt pour le sacré, l’érotisme et la mort.
 

Pompidou-Metz. 300 DH.

 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *