Radioscopie de l’Amérique

Radioscopie de l’Amérique

Trois grands textes sont réunis en un seul dans cette édition chez Christian Bourgois. Il s’agit de trois œuvres majeures du grand écrivain américain Richard Brautigan. D’abord l’histoire de ce général sudiste de Big Sur qui décide de s’installer dans cette région magnifique bordant le Pacifique avec son ami Lee Mellon.

Tout se passe dans une cabane, que trois hommes ivres vont monter de toutes pièces. Des faits défilent, des histoires incroyables peuplent les jours et les nuits des deux compères, entre ironie, sarcasmes, folie et désillusion. Ensuite il y a cette pêche à la truite. Toujours avec légèreté Richard Brautigan dépeint la simplicité de la vie, mais on touche déjà un malaise humain qui plane et qui risque de s’abattre à n’importe quel moment. Enfin, il y a ce texte sur la pastèque et son sucre.

Drôle, ludique, mais très profond sur la vie et ses espoirs ajournés. Nous sommes là face aux premiers écrits de Brautigan. Ce sont des rêveries poétiques très gaies où l’on retrouve avec bonheur des histoires simples entre des hommes et des jolies femmes.  Trois œuvres qui font la réputation d’un écrivain inclassable qui fait le diagnostic avant l’heure d’une Amérique multidimensionnelle et toujours aussi insaisissable et fascinante.

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Richard Brautigan (1935-1984) est un écrivain et poète américain. C’est une grande figure des lettres américaines que l’on compare volontiers à des noms comme Raymond Carver, John Cheever ou encore le grand Jim Harisson. En 1955, il est admis dans un hôpital pour être soigné. Il avait lancé une pierre sur la fenêtre d’un poste de police. Les médecins lui avaient alors diagnostiqué une schizophrénie paranoïaque. On le traite par électrochocs. Après sa sortie de l’hôpital, Richard Brautigan s’installe à San Francisco en 1956. Il publie son premier recueil de poèmes en 1958. Dans les années 1960, il participe au mouvement de la Beat Generation mais reste en marge. Il est nommé poète en résidence au California Institute of Technology en 1966-1967.

Quand il publie La Pêche à la truite en Amérique, il devient l’un des écrivains majeurs de la génération hippie.   Richard Brautigan décide alors de vivre en retrait dans le Montana pendant huit ans. La suite de sa vie sera une  descente aux enfers entre alcool et drogues. Il se donnera la mort dans sa maison en Californie.

Editions Christian Bourgois. 220 DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *