Traduction posthume : «Contre vents et marées», nouveau livre de feu Abdallah Ibrahim

Traduction posthume : «Contre vents et marées», nouveau livre de feu Abdallah Ibrahim

Le nouveau livre «Contre vents et marées» de feu Abdallah Ibrahim vient d’être publié par La Croisée des chemins.

«Initialement publié en langue arabe en 1976 sous le titre «Somoud Wassat Al Issar», cet ouvrage semble plus que jamais d’actualité», détaillent les éditions qui précisent que cette publication a pu voir le jour de par la traduction de HasSan Benaddi et la collaboration de la Fondation Abdallah Ibrahim.
En détail, le livre raconte, selon les éditions, l’évolution des peuples qui ressemble à des lignes géométriques. «Il est des lignes droites et des lignes brisées.

Contrairement aux pays d’Europe, la ligne d’évolution du Maghreb s’est historiquement brisée, au moins à trois reprises, au cours de trois mille ans : lorsqu’il est exclu du courant millénaire de la civilisation carthaginoise, pour se latiniser et se christianiser progressivement, sous la férule des Romains ; puis lorsqu’il rompt avec l’influence romaine, pour s’arabiser et embrasser l’Islam», relate la même source qui s’exprime sur l’arabité et la religion du Maghreb. Celles-ci deviennent, dans ce sens, les leviers de sa gloire nationale et les fondements de la grandeur de ses empires. «La ligne se brise une troisième fois lorsque le Maghreb s’est trouvé incapable de suivre le rythme de l’évolution globale de la civilisation humaine. C’était au cours des siècles de la féodalité et de l’inertie», enchaînent les éditions à propos de cette région.

Celle-ci s’est trouvée au cours du 19e siècle face à l’impérialisme international, alors qu’elle était minée à l’intérieur par les séquelles de l’asservissement et de l’arbitraire. «Il ne pouvait relever les défis historiques, face aux impératifs de l’urgence et du déséquilibre des forces matérielles. Il ne pouvait faire face à un monde plus complexe et mieux armé. Sa seule chance, c’est qu’il n’était pas seul. Il s’est trouvé dans le même camp que les autres peuples arriérés comme lui, mais qui étaient tous décidés, dans les trois continents, à gagner la bataille du destin», ajoute la même source à propos du Maghreb tel qu’il est décrit dans la publication.

A propos de cette traduction, Tarik Ibrahim, Président de la Fondation Abdallah Ibrahim, indique dans son avant-propos : «Cinquante ans sont passés, cet ouvrage a traversé le temps sans aucune ride. Cette traduction pertinente propose de révéler une approche historique du Grand Maghreb y compris dans son dispositif critique, afin de l’introduire dans le débat politico-culturel maghrébin, et présente aux lecteurs francophones une assise de réflexion incontournable».

De son côté, le traducteur Hassan Benaddi avance : «Somoud Wassat al Issar, le titre du livre que je présente, est le fruit d’une méditation ; celle d’un homme politique sur l’échec d’une expérience ; celle d’une tentative de réforme par le sommet».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *