Une belle leçon de vie

Une belle leçon de vie

Un prix Nobel de littérature se gagne sur la durée avec un travail de tous les instants. Mais dans le cas de notre écrivain, deux textes ont scellé la réputation d’un auteur d’un autre âge tant il est vrai que J.M. Coetzee a une approche de l’écriture qui rappelle les grands classiques. Avec  «Scènes de la vie d’un jeune garçon» et «Vers l’âge d’homme», nous avons eu droit à deux œuvres abouties sur la vie et son apprentissage. Et voici donc le troisième volet de cette recherche du temps perdu. Dans ce texte, le prix Nobel de littérature 2003, le Sud-Africain J.M. Coetzee, poursuit sa quête autobiographique en signant un livre brut et efficace, sans concessions, sans compromis, avec juste ce qu’il faut de rigueur pour nous donner une belle leçon de vie.

D’emblée, le texte crée une confrontation entre deux âges, deux périodes, deux visions du monde. Le narrateur a la trentaine, il décide de rentrer au pays. Et là, il partage avec son père une maison délabrée dans la banlieue du Cap. Débute alors une série de considérations sur la vie, les gens, la politique, le racisme, l’espoir et l’effritement familial.
Il s’agit donc là d’une autobiographie fictive autour des témoignages de quatre femmes et d’un collègue qui auraient compté pour l’écrivain en gestation dans les années 1970. Cette multiplicité des voix qui racontent la même histoire lève le voile sur un homme, pas très futé, un Afrikaner introverti et quelque peu amer.  

Au fil de ces femmes que l’on rencontre, de la femme adultère à la danseuse brésilienne, en passant par la cousine chérie, ou encore la maîtresse française, on a le portrait d’un amant presque nul, un homme dont l’amour peine à percer. Le tout doublé de l’image d’un enseignant pas si intéressant que cela.  Nous sommes donc face à un livre où se mêlent le comique et le ridicule, la mélancolie et le désespoir,  avec un Coetzee qui se livre avec prudence et dévoile peu à peu un cœur en souffrance sous la cuirasse. Un livre solide sur la vie, mais sur tous ses à côtés, ce qui fait de chacun de nous un être humain unique en son genre, pour peu qu’il suive son chemin, sans en dévier.

Collection Points. 70 DH

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *