«Maroc : justice climatique, urgences sociales» : Un livre qui examine les défis environnementaux du pays

«Maroc : justice climatique, urgences sociales» : Un livre qui examine les défis environnementaux du pays

Il propose une série de reportages et d’enquêtes réalisés par 14 journalistes

Désertification, sécheresse, pollution, disparition d’écosystèmes, menaces sur la biodiversité… la dégradation de l’environnement constitue déjà dans toutes les régions du Maroc un grave problème de société, qui aggrave la précarité des plus fragiles. Il met en péril des savoir-faire et des modes de vie patrimoniaux et questionne les orientations économiques et politiques. C’est dans ce sens que la maison d’édition «En Toutes Lettres», en partenariat avec la Fondation Heinrich Böll, vient de publier un livre qui examine les principaux défis environnementaux du pays et propose des solutions possibles. L’oeuvre s’intitule «Maroc : justice climatique, urgences sociales» et est composé de douze enquêtes, reportages et entretiens, réalisés par quatorze journalistes. De Mohammedia à Skoura, du Moyen-Atlas à Figuig, les rapports sont consacrés à plusieurs sujets. Parmi lesquels on trouve «L’Oasis de Skoura, un patrimoine en voie de disparition», une investigation réalisée par Dounia Mseffer. «Depuis une vingtaine d’années, l’Oasis de Skoura est menacée par la sécheresse, la surexploitation des ressources naturelles et l’urbanisation. L’eau devient une ressource de plus en plus rare», peut- on lire dans le synopsis.

Le sommaire donne à voir l’enquête intitulée «Les nomades de l’extrême- est : entre réchauffement climatique et sécheresse politique» réalisée par le journaliste Soufiane Hennani, «Pénurie d’eau dans le Souss» de Khadija Maâras. «Dans le Souss, les réservoirs et les barrages sont utilisés pour une agriculture intensive, en dépit des besoins en eau de la population des douars», peut on lire dans l’extrait de ce reportage. Le livre donne à lire également «À Mohammedia, le travail ou la vie» de Salaheddine Lemaizi, «La pêche à l’algue rouge, un fragile filet de secours» de Mohammed Taleb, «Espèces menacées : la biodiversité en danger» de Fedoua Tounassi. A ne pas oublier également «L’agroécologie, une alternative aux intrants chimiques» de Ghita Zine, «Militants pour un Maroc vert» de Hicham Houdaïfa.

A propos de la maison d’édition En Toutes Lettres

En Toutes Lettres est une jeune maison d’édition indépendante basée à Casablanca. Depuis 2014, elle est spécialisée dans l’essai d’écrivains, de chercheurs et de journalistes à travers cinq collections. Plusieurs livres ont été lauréats du prix Grand Atlas, comme Le Métier d’intellectuel, dialogues avec quinze penseurs du Maroc de Fadma Aït Mous et Driss Ksikes en 2015 ou Islam et femmes, les questions qui fâchent d’Asma Lamrabet (droits cédés à Gallimard pour Folio Essais). Certains ont été traduits en espagnol et en italien, comme «Dos de femme», «Dos de mulet», «Les oubliées du Maroc profond» de Hicham Houdaïfa (2015) ou «Dames de fraises», «Doigts de fée», «Les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne» de Chadia Arab. Membre de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, En Toutes Lettres porte aussi Openchabab. com, programme de formation de jeunes journalistes aux méthodes du journalisme indépendant et aux valeurs humanistes, pour les aider à devenir des auteurs

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *