Mawazine : Tabaamrant, Tifyur et Ahouzar enflamment Salé

Mawazine : Tabaamrant, Tifyur et Ahouzar enflamment Salé

La culture amazighe était à l’honneur mardi soir à Mawazine. La scène de Salé a vibré de mille feux durant cette 5ème nuit du festival, transportant plus de 130.000 personnes au cœur des Temples de l’Atlas, du Souss et du Rif. Fatima Tabaamrant, Tifyur et Ahouzar ont été les ambassadeurs de cette culture ancestrale du Maroc.

«Les rythmes du Monde», caractéristique officielle de Mawazine, a été bel et bien incarné par ce trio qui a enchanté le public Marocain de poésie traditionnelle et de mélodies authentiques. Le bal a été ouvert par le groupe Tifyur qui, à travers son répertoire, a ravivé l’identité rifaine. Des textes alliant modernité et tradition ont été acclamés par les fervents de cette musique. L’engouement fut de même pour Ahouzar qui a été accueilli par une vague d’applaudissement.

Abdelaaziz Ahouzar a ému l’audience par une petite pensée à l’un des plus grands emblèmes de la chanson amazighe. Un hommage a été rendu à Feu Mohamed Rouicha à travers la reprise d’Ahouzar du célèbre titre «Inass Inass». L’ambiance fut émouvante. La foule présente au concert a chanté a capella le titre préféré de tous les Marocains. La clôture de la soirée amazighe fut en grande pompe.

La diva Fatima Tabaamrant a enchanté le public par sa présence. Le charisme de la star et sa voix envoûtante ont séduit une dizaine de milliers de personnes, bercés par les rythmes harmonieux du Souss. Au programme poème et chanson patriotique à l’instar d’«Arogir Yani I Tmagitino». Une chanson à travers laquelle la Raïssa clame haut et fort son appartenance amazighe. Portant plusieurs casquettes, Fatima Tabaamrant est l’image de la femme marocaine engagée.

Son courage à briser les tabous et à défendre son identité a fait d’elle une référence de la scène artistique et culturelle. La Raïssa a su s’affirmer dans une société masculine. Un profil qui s’est forgé par ailleurs grâce au soutien de grands maîtres en l’occurrence Raïs Moulay Mohamed Belfqih qui a révélé Fatima Chahou connue aujourd’hui sous le nom de Fatima Tabaamrant, la poétesse à 160 textes.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *