970x250

Menart Fair : Les pionniers du mouvement de Casablanca célébrés à Paris

Menart Fair : Les pionniers du mouvement  de Casablanca célébrés à Paris

Des chefs-d’œuvre phares de Belkahia, Melehi, Chabâa… à l’honneur

La foire dédiée à la création artistique contemporaine du Nord de l’Afrique et Moyen-Orient revient à la capitale française du 19 au 22 mai. Cette année, elle met à l’honneur «l’école de Casablanca». Seront ainsi présentés les chefs-d’œuvre exceptionnels de Farid Belkahia (1934-2014), Mohamed Melehi (1936-2020), Mohamed Chabâa (1935-2013), Mohamed Hamidi (1941), Abdellah Hariri (1949), Abderrahmane Rahoule (1944) et Abdelkader Laaraj (1950). «L’exposition «École de Casablanca», orchestrée par la commissaire et experte Fadia Antar, tente de capturer l’inspiration créative que ce mouvement a lancée entre 1962 et 1971. C’est un enthousiasme qui a amené ce groupe d’artistes et leurs étudiants, non seulement à expérimenter dans l’art, mais aussi à produire des discours, à exposer dans les espaces publics, et à se positionner au sein de l’histoire de l’art», indiquent les organisateurs.

Il faut noter que le mouvement de Casablanca a été formé lorsque Farid Belkahia a été nommé directeur de l’école des Beaux-arts de Casablanca. Celui-ci a coopéré avec Mohamed Melehi, Mohamed Chabâa et Mohamed Hamidi afin de restructurer les bases pédagogiques de l’enseignement artistique. Ensemble, ils réinvestissent le patrimoine artistique populaire et traditionnel du Maroc, en introduisant les pratiques artisanales traditionnelles au sein de l’établissement.
L’école de Casablanca ne se limite pas au contexte architectural, ni au programme pédagogique d’une école d’art. Il s’agit surtout d’un mouvement à la recherche d’une modernité artistique et culturelle propre au Maroc. C’est aussi un positionnement socio-culturel qui défie l’Académie et l’histoire de l’art euro-centrée.

C’est ainsi que ce groupe d’artistes éducateurs s’engage dans une quête qui le ramène vers la pratique de l’abstraction géométrique traditionnelle, vers l’emploi de signes et symboles propres à leur culture sociale berbère, arabo-musulmane et africaine et aussi vers l’appropriation de matériaux natifs de leur environnement à l’instar du cuir, du métal et des pigments naturels.

A propos de Menart Fair

Consacrée à la création artistique contemporaine du Nord de l’Afrique et Moyen-Orient, la foire Menart Fair est prévue du 19 au 22 mai à Paris, et plus précisément à la maison de vente Cornette de Saint-Cyr. La foire accueille 18 galeries internationales présentant des artistes de plusieurs pays dont le Maroc. Ces galeries mettront en lumière la fécondité, la singularité et l’originalité des scènes artistiques du MENA, aujourd’hui soutenues par nombre de musées et d’institutions.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.