970x250

Le Festival de Fès des musiques sacrées du monde de retour : La cérémonie d’ouverture rehaussée par la présence de La Princesse Lalla Hasnaa

Le Festival de Fès des musiques sacrées du monde de retour : La cérémonie d’ouverture  rehaussée par la présence  de La Princesse Lalla Hasnaa

Pour son retour, le Festival de Fès des musiques sacrées du monde sera rehaussé par la présence de SAR la Princesse Lalla Hasnaa.

En effet et après deux années d’interruption et de résilience, dues à la crise sanitaire, la ville de Fès s’apprête à accueillir les festivaliers, venus du Maroc et de l’étranger, pour la 26ème édition de son Festival des musiques sacrées du monde. Créé en 1994 sous le Haut-patronage de sa Majesté le Roi Mohammed VI et premier des festivals de nouvelle génération qui animent l’agenda culturel marocain, le Festival des musiques sacrées du monde sera aussi le premier grand rendez-vous musical de l’été 2022 confirmant la relance des activités événementielles au Maroc.

Porteur des valeurs marocaines d’ouverture culturelle et de tolérance religieuse, le festival de Fès constitue un vecteur d’image important pour le Royaume. A ce titre, les représentants de la Fondation Esprit de Fès, et l’équipe organisatrice du Festival ont entrepris, ces derniers jours, une tournée en France et en Espagne visant à médiatiser le retour de cet événement de rayonnement international. De grands noms figurent au programme. Les Roohani Sisters qui se produisent pour la première fois à l’étranger et comptent parmi les plus grandes interprètes du soufisme indien répondront à l’authentique kora du Sénégal et à la voix de la grande Senny Camara.

Les Onikki Muqams d’Asie Centrale résonneront avec Polyphonies Sardes. La création du pianiste et compositeur Michaël Levinas accompagné de la soprano Marion Grange, autour des poèmes de Paul Celan, issus de son oratorio « La Passion selon Marc » et d’autres pièces de création inspirées du kaddish de la tradition hébraïque feront écho à l’Ensemble La Tempête, sous la direction du chef Simon-Pierre Bestion, qui parcourt les liens que tissent nos cultures et religions monothéistes depuis des siècles autour de la Méditerranée. La fusion entre le jazz oriental du fameux trompettiste Ibrahim Maalouf et les musiques balkaniques du très cosmopolite Haïdouti Orkestar rendront enfin hommage lors de la soirée très attendue du samedi, à la dimension à la fois profane et sacrée de la fête.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.