Timitar Signes Cultures : Le périple musical se poursuit

Timitar Signes Cultures : Le périple musical se poursuit

Pour cette 12ème édition, des artistes amazighs et artistes du monde se rencontrent sur la même scène pour partager avec le public leurs créations. L’ouverture, comme à l’accoutumée, a été faite par une troupe régionale « Ahwach Ait Baamrane ».  Une prestation artistique qui marie chorégraphie, chant dialogué et mélodie. La place Al Amal s’est ainsi donnée en scène d’accueil pour un festival qui durera du 22 au 25 juillet.

Les moments forts de ce festival, lors de la première nuit, se sont écoulés avec un autre artiste «  Rayss Outajajt ». Un autre genre artistique régional qui met en avant la tradition itinérante des Rwayès. Les couleurs artistiques qui draperont les scènes de ce festival sont multiples. La journée d’ouverture de ce festival a été également marquée par la prestation de Reda Taliani. Cet artiste algérien influencé par différents genres artistiques d’où nait un style mariant le « châab » et « raî » chante des réalités en déployant ainsi des mots percutants et directs. Un choix qui lui assurera un franc succès. Et c’est l’artiste Saida Charaf qui a clôturé le bal de cette première nuit du Timitar Signes et Cultures. 

Après une première chanson choisie du répertoire sahraoui, la chanteuse honorera le public amazigh par des chants empruntés aux grands artistes de la région. Une surprise appréciée à sa juste valeur qui donnera des moments de symbiose où les festivaliers renvoyaient en écho les refrains des deux chansons du groupe «  Oudaden » chantés par Saida Charaf.    Sur la deuxième scène «  Le théâtre de verdure » c’est une autre ambiance et d’autres rythmes qui viennent bercer la ville d’Agadir. Subtilité du son, éloquence, le luthiste Driss El Maloumi a, encore une fois,  fait voyager les festivaliers dans les univers de ses créations. Et d’un voyage à l’autre, la deuxième invitation à prendre part au périple musical a continué avec la jeune artiste Macadi Nhhas.

Un voyage où la délicatesse de la voix et des sons transporte vers d’autres territoires musicaux. Les moments de pause n’ont été qu’un temps pour se préparer à d’autres périples sur d’autres contrées. La chanteuse Khansa Batma a été l’initiatrice d’un autre appel pour la découverte de son répertoire.

La rockeuse la plus prisée du Maroc a encore une fois su briller sur scène.   La deuxième édition du festival Timitar Signes et Cultures se poursuit jusqu’au 25 juillet. L’un des moments les plus attendus de cette nouvelle édition est la rencontre avec la chanteuse Hindi Zahra, H-Kayene, Yuri Buenaventura, Mario Lucio entre autres. La journée du 23 connaitra l’ouverture de la troisième scène «  Bijawane » de ce festival pour ainsi offrir aux artistes de la nouvelle scène la possibilité de rencontrer les festivaliers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *