Zakaria Ghafouli : «Mon nouveau single sera un mélange entre «lgnawi» et le raï»

Zakaria Ghafouli : «Mon nouveau single sera un mélange entre «lgnawi» et le raï»

Entretien avec Zakaria Ghafouli, Chanteur marocain

L’artiste Zakaria Ghafouli lancera bientôt un nouveau single appelé «5 d’sbah». Un intitulé captivant. Dans cet entretien, il donne des précisions sur cette nouvelle œuvre tournée en clip et qui fera partie du prochain album que le chanteur lancera en cette année. Le musicien s’exprime également sur sa démarche pour créer ses morceaux. De quoi faire la différence avec d’autres artistes de la nouvelle scène.

ALM : «5 d’sbah». Un titre accrocheur ! Pourriez-vous nous révéler les raisons d’un tel choix ?

Zakaria Ghafouli : Pour l’heure, tout ce que je peux vous dire c’est que ce sera le quatrième titre de mon album 2020. Aussi, ce nouveau single sera un mélange entre «lgnawi» et le raï. Ainsi, le public me découvrira dans un nouveau style à travers «5 d’sbah».

Sur l’affiche du single, que vous avez partagé sur Instagram, vous laissez voir une femme à votre dos. Serait-ce un duo ?

Absolument pas. Je ne me produirai pas du tout en duo dans mon nouveau tube. C’est plutôt une figurante dans le vidéoclip de ma prochaine oeuvre.

Outre ce morceau, vous avez récemment lancé le single «Awida Yawa». Que signifie cette appellation ?

«Awida ya wa», troisième single de mon album, signifie «Aji andi, jib lia» (Viens vers moi, ramène-moi). Pour rappel, ce tube a été composé par l’éminent artiste Hassan Dikouk, sur des paroles de Mohamed El Maghiribi et un arrangement de Achraf Bensfia.

Chez vous, les singles se suivent mais ne se ressemblent pas. Est-ce un défi que vous vous lancez?

En fait, je fais plutôt exprès de diversifier et varier mes singles pour donner un nouveau souffle, notamment à mon album 2020.

Qu’en est-il de la différence entre vous et d’autres artistes de la nouvelle scène ? Comment vous la faites?

Pour ma part, je puise, la plupart du temps, dans le patrimoine marocain pour le moderniser. Pour l’heure, j’ai fait le patrimoine berbère du Moyen-Atlas pour «Awida Yawa», qui a déjà récolté 2 millions de vues sur YouTube, et «Hobino», dont les paroles sont écrites et composées par Anouar Makdour et qui a tout récemment atteint les 100 millions de vues, ainsi que «Bahra Bahra» (Beaucoup), dont Anouar Makdour et Nouh El Abdi sont respectivement auteur et arrangeur. Au-delà de l’alliage entre «lgnawi» et le raï dans le prochain single, j’ai fait aussi le patrimoine «chamali» (du nord) dans «Lawah Lawah» (N’en fais pas trop), écrite et composée par moi-même et Issam Kamal qui en a également fait l’arrangement, et du chaâbi (populaire) dans «Lhoub zwin» (L’amour, qu’est-ce que c’est beau !), composée par Mohamed Chrabi et écrite par Mohamed El Maghrebi, et «Matalâach» (ça marche pas) que j’ai écrite avec Mohamed El Maghrebi et composée par mes soins sur un arrangement de Rachid Mohamed Ali. Dans l’ensemble, c’est cette variation du patrimoine qui fait ma différence.

Parcours artistique

Outre ces singles, Zakaria Ghafouli en a d’autres dans le compteur. En début d’année, l’artiste a sorti le tube «Tghib W Tban» (Tu apparais et disparais), écrit par Mohamed El Maghrebi. En 2019, il a lancé «Darni Kalbi» (Mon cœur me fait mal) que le chanteur a composé lui-même sur des paroles du même auteur. Dans la même année, il a également sorti «La Tkabar Chane» (Ne donne pas de valeur à celui qui ne mérite pas) dont l’idée est conçue par l’artiste qui en a fait la composition.

Entre-temps, il a interprété le générique du feuilleton «Assirr Lmadfoun» (Le secret enterré). En 2017, le chanteur, né en 1985 et passionné pour l’art depuis l’âge de 6 ans, a chanté «Dima Maroc» et bien d’autres singles.

L’artiste, qui s’est même produit dans des festivals de renom, notamment Timitar et Mawazine, a, pour rappel, été révélé lors de l’émission Studio 2M en 2010. Il a également été finaliste dans le programme «The winner is» sur Dubaï TV en 2013. D’autres œuvres comme «Zid Fel Mazzika» (Mets la musique plus fort) et «Chekama» (Colporteuse) ont fait sa renommée au Maroc et au Maghreb, ainsi que dans le monde arabe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *