Accueil Culture Nadia Ezzriga, une graphiste pleine de proverbes
Culture

Nadia Ezzriga, une graphiste pleine de proverbes

La jeune Nadia Ezzriga fait dans l’art graphique. Une passion qu’elle exprime joliment sur son compte personnel Instagram en s’inspirant parfaitement du patrimoine marocai, notamment des proverbes.

Elle connaît plein de dictons marocains qu’elle illustre par des personnages. Et c’est dans l’art graphique que la jeune passionnée Nadia Ezzriga trouve son compte pour concevoir ses illustrations. Mieux encore, cette artiste exprime ces proverbes par des états d’âme qu’elle donne à ses héros majoritairement de sexe féminin. En tant que décor, elle reprend, à sa manière et selon sa propre palette joviale, des maisons en ancienne médina, leurs différents coins, leurs meubles particuliers et colorés entre autres. Et ce n’est pas tout !

Marquer des événements
Nadia, ou Nadya.ez sur Instagram, marque, d’après ses confirmations, «des événements avec des illustrations en s’inspirant également de la culture marocaine». Par exemple, elle immortalise la victoire de la sélection nationale face à l’Espagne au Mondial de Qatar 2022 par le proverbe signifiant «Celui qui tient au plus fort ne chute jamais». Un dicton qu’elle accompagne d’un personnage féminin tatoué et garni de henné en affichant, dans une main, un signe insinuant «Magnifique», alors que l’autre main porte un verre de thé. Au-delà de cette actualité, elle ressort constamment des proverbes comme «Il mange et boit. En cas de besoin, il fuit» qu’elle exprime par une jeune femme face à un tagine couvert sur une table marocaine avec un tapis amazigh derrière elle sur fond de toile. «Dans ma vie quotidienne, j’utilise la plupart des proverbes publiés», révèle-t-elle à propos de cet apprentissage en allusion à ses publications sur son compte officiel. Et ce n’est pas fini. «Pour d’autres proverbes, je demande autour de moi surtout l’ancienne garde», s’exprime-t-elle. Tout cela fait que son travail soit sollicité.

Des commandes pour produits
«Je prends des commandes de portraits personnalisés, de logos et d’illustrations pour des marques de produits marocains, etc.», annonce-t-elle. Pour l’heure, l’artiste, dont les premières illustrations graphiques remontent à 2015, «étudie la faisabilité d’une exposition cet été à Montréal». Là où Nadia, au début de ses trentaines, réside. Cependant, son art limité pour l’instant aux réseaux sociaux est fort apprécié. Quant à sa créativité, elle la doit à une auto formation. «Le fait que je dessinais avant m’a beaucoup aidée», raconte l’artiste. Son déclic étant occasionné après les longues années d’études, de travail et des soucis de la vie. «J’ai décidé de faire quelque chose qui me fait plaisir. Automatiquement je me suis dirigée vers le dessin et la peinture. Après, j’ai publié quelques illustrations et j’ai remarqué qu’elles plaisent à bon monde», détaille l’artiste qui était également chef de projets. Après quoi, elle reçoit des commandes de portraits avec son style de dessin et la touche marocaine (caftan, tatouage, henné, etc.) pour être contactée par des marques pour des logos, image de marque, packaging, etc. «En outre, je fais de la peinture acrylique et pour quelque temps je dessinais des Nfts (crypto) en plus d’être maman à plein temps», confie-t-elle.

Articles similaires

Khadija Assad, une étoile s’est éteinte

La star emblématique de la télévision et du cinéma marocain, Khadija Assad,...

Une fondation dédiée pour Casablanca et le Maroc

Une nouvelle fondation du patrimoine musical marocain voit le jour. Elle rassemble...

Fatima Amahzoune publie un nouveau livre

« Moha Ou Hammou Zayani Amahzoune, la saga d’un grand guerrier (1857-1921)»...

«Le concept de Factory est différent d’une galerie classique»

L’artiste-peintre tangéroise Najoua El Hitmi parle de son nouvel espace/atelier factory qu’elle...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie