970x250

Nasr Mégri lance «Berrani» en mode court-métrage

Nasr Mégri lance «Berrani» en mode court-métrage

Après l’incident lié à sa maison aux Oudayas, le chanteur marocain Nasr Mégri fait son retour en force. Il vient de lancer officiellement son nouveau single «Berrani» (Etranger) le temps d’une conférence de presse organisée à Rabat.

Une œuvre qui abonde dans le sens de cette souffrance qu’il exprime également dans le vidéoclip de ce tube. «J’ai eu l’idée de me mettre en scène en tant que vendeur de légumes pour signifier l’attachement à la terre», révèle-t-il lors de cette rencontre. De quoi mieux signifier la nostalgie des locaux perdus. Au fil des scènes, ce n’est plus un artiste qui se déplace à bord d’une bicyclette mais d’une voiture avant de s’afficher avec un masque. «C’est le designer Christopher Montebello qui m’a proposé cette idée qui insinue une manière d’époustoufler», précise le chanteur à ALM à propos de cette scène inspirée par cet artiste australien basé à Rabat.

Et ce n’est pas tout ! Cette idée lui a également été inspirée par sa tournée qui l’a récemment mené en Italie entre autres avant de lancer ce morceau également imprégné de rythmes de luth. Aussi, le vidéoclip est comme le révèle l’artiste tourné tel un court-métrage. Une expérience qu’il qualifie de «première» dans son parcours artistique. Il saisit d’ailleurs cette sortie pour annoncer des projets. «Il est éventuellement prévu que je me lance en cinéma», confie-t-il lors de cet événement également marqué par la présence de sa mère à laquelle il voue un grand amour.

Le tout en révélant qu’il sera de retour à son quartier préféré dans quelques jours pour y célébrer le festival Eté des Oudayas initié par feu son père, l’éminent artiste Hassan Mégri dont la commémoration de la troisième année de disparition coïncide avec la sortie de «Berrani». Cela étant, Nasr n’est plus à présenter. Il a au compteur plusieurs œuvres. Déjà, il prévoyait d’en lancer une trentaine pour 2021. Entre autres, il a sorti «Jat ou Mchat» (Elle est venue et partie). Dans la même année, il a ajouté à son actif l’album «Megrimania» qui reflète sa manie musicale ayant trait au nom de sa famille d’artistes. Un opus qu’il qualifie de «révolution musicale» qui l’impose en tant que «leader» pour créer un pont entre celui qui a fondé le mouvement musical Mégri et celui qui a pris le flambeau. En tout, Nasr, qui a également reçu des distinctions dans plusieurs pays dont l’Inde, a tout d’un artiste accompli.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.