Accueil Culture Omar Akhatar chante «Takant»
Culture

Omar Akhatar chante «Takant»

Le jeune chanteur marocain Omar Akhatar vient de lancer le vidéoclip de son nouveau single en amazigh «Takant» (La forêt). Une œuvre écrite et composée par l’artiste lui-même avant d’être tournée dans plusieurs localités du Sud.

Ce natif de Dcheira a grandi notamment dans un milieu familial amazigh, ce qui lui donne envie de faire des recherches approfondies sur l’art amazigh.

 

Le nouveau vidéoclip de «Takant», d’après l’artiste amazigh Omar Akhatar, qui en est l’auteur, vient d’être tourné dans «la maison des arts «Ikout Abdelhadi», le centre Souss-Massa pour le développement culturel, la commune urbaine Dcheira Jihadia et Inezgane Ait Melloul». Le tout en donnant plus de détails à propos de cette œuvre. «Le clip est réalisé par l’artiste Abdellah Alaoui. De son côté, l’artiste Nadia Amlou y affiche sa créativité à travers ses dessins sur sable», avance le chanteur qui remonte à son propre parcours.

Débuts en 1996
Pour ceux qui ne connaissent pas bien l’artiste, Omar Akhatar commence sa carrière aux débuts de l’année 1996. Il est non seulement chanteur, mais aussi musicien bassiste, vocaliste et arrangeur. Ce natif de Dcheira a grandi notamment dans un milieu familial amazigh, ce qui lui donne envie de faire des recherches approfondies sur l’art amazigh et d’aller vers les tendances actuelles en musique universelle. Par là, il réussit à créer des rapports entre la musique amazighe traditionnelle et d’autres styles actuels. Le tout pour créer un produit musical homogène fusionnant toutes les règles de la musique contemporaine. C’est ainsi qu’en 1999, il fait valoir cette démarche en lançant son premier album «Tifella» avec le groupe «Massinissa» dont il est guitariste et chanteur. Après quoi, il quitte ce groupe pour changer de carrière et de voie artistique en devenant bassiste. D’où sa collaboration avec plusieurs formations de musiciens comme «Tafsout», outre celle de l’artiste Hicham Massine. Entre-temps, il intègre le groupe «Inouraz» et celui de l’artiste défunt Ammouri Mbarek connu, de son vivant, pour être la légende de la chanson amazighe. De plus, Omar Akhatar, à la quarantaine, se produit dans plusieurs festivals régionaux et nationaux ainsi qu’au-delà des frontières notamment, en France et en Belgique.

C’est le titre de la boite
Un artiste en résidences et comédien sur les planches

Rencontres: Le parcours de l’artiste est marqué par des résidences artistiques en 2017 entre la troupe espagnole «Angeles Gabaldon» et «Inouraz». En tant que membre du même groupe marocain, il est également en résidence dans la même année, avec «JGAH» de la Corée du Sud lors du festival Visa for Music à Rabat. En 2018, il est en résidence à Agadir avec le groupe chinois «Skli Road». L’année d’après, il est en résidence avec «Trio Canaries» et Virginia Guantanamera de Cuba. Sur les planches, il prend part à une comédie musicale produite par Timitar 2015 en hommage à Ammouri Mbarek. Omar Akhatar s’affiche également dans une autre comédie musicale et se produit dans la pièce de théâtre «Astara».

Des collaborations et festivals
Bien avant son «Takant», il collabore, en 2020, dans les albums «Ossmane» de Khalid El Berkaoui et «Izri Nem» de Amwas. En 2019, il contribue à l’opus «Hange Amazigh» du groupe Inouraz avec lequel il part au festival Santa Cruz de Tenerife. Avec le même groupe, il se produit en 2017 au Festival de Fès des musiques sacrées et collabore avec lui dans «Talalit» en 2016. Au cours de cette année, il prend part avec ce groupe au festival Visa for Music auquel il se produit également en 2017. Au cours de cette année, il se dirige vers l’Hexagone pour le festival Babel Med avec Fatma Tachtoukt et à Bruxelles avec Hicham Massine pour le festival espace Magh. Entre-temps, il participe à Timitar en 2012, 2014, 2016 et 2015. Lors de cette année, il participe au festival Taroudant et à «Anuraz N Sifaw» avec feu Ammouri Mbarek. Dans la même année, il prend part à «Ljohr» (Le terrier) du groupe «Ikabarn». Une année avant, il participe à l’album du groupe «Izenzaren Chamkh ». En 2013, il se produit dans le single «Inkraf» avec Ammouri Mbarek. Entre 2011 et 2012, il participe à l’album du groupe «Aitmatin» et aux singles «Ktigh» et «Achkad» aux côtés de Hicham Massine. En 2012, il s’affiche aux festivals Mawazine et Meknès avec Ammouri Mbarek. De quoi perfectionner son parcours.

PROFIL

1999
Premier album. «Tifella» avec le groupe «Massinissa» dont il est guitariste et chanteur.

2012
Collaborations. Il se produit, dès cette année avec plusieurs artistes, dans des singles et des albums notamment Ammouri Mbarek et Hicham Massine.

Même année
Festivals. Il commence à s’afficher dans des festivals comme Timitar et Mawazine ainsi qu’à l’étranger.

 

Articles similaires

Khadija Assad, une étoile s’est éteinte

La star emblématique de la télévision et du cinéma marocain, Khadija Assad,...

Une fondation dédiée pour Casablanca et le Maroc

Une nouvelle fondation du patrimoine musical marocain voit le jour. Elle rassemble...

Fatima Amahzoune publie un nouveau livre

« Moha Ou Hammou Zayani Amahzoune, la saga d’un grand guerrier (1857-1921)»...

«Le concept de Factory est différent d’une galerie classique»

L’artiste-peintre tangéroise Najoua El Hitmi parle de son nouvel espace/atelier factory qu’elle...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie