Oum prépare son come-back

Oum prépare son come-back

Elle donnera un concert en ligne et prépare une tournée pour présenter son dernier album «Daba»

La chanteuse et compositrice marocaine Oum à la voix sensuelle et raffinée annonce son grand retour sur la scène musicale. La diva aux origines sahariennes donnera un concert live sur les réseaux sociaux et ce mercredi 24 février. Organisé à l’initiative de la Fondation Culturelle d’Abou Dhabi, ce concert sera une occasion pour le public de découvrir son album «Daba» qui signifie «Maintenant» en darija. «Heureuse de vous donner rendez-vous pour un concert sur les chaînes du Department of Culture and Tourism in Abu Dhabi afin de présenter «Daba»», annonce-t-elle, sur sa page officielle. Outre ce concert, Oum prépare également une tournée à partir de mars 2021 pour présenter le même disque.

Il faut dire qu’il s’agit de son 3ème album, sorti en 2019. Il est à la fois atmosphérique et dansant. Il allie en effet des éléments traditionnels, arabes et sahraouis, et des emprunts discrets à des esthétiques plus contemporaines, à savoir la soul, le jazz et la transe électro. «Daba» évoque par ailleurs des problématiques plus contemporaines dont notamment la nature menacée, le sort réservé aux migrants, le statut des femmes, mais aussi une exhortation de vivre pleinement dans le présent. Pour le créer, Oum s’est entourée de Yacir Rami (oud), Damian Nueva (basse électrique), Camille Passeri (trompette), Carlos Mejias (saxophone et machines) et Amar Chaoui (percussions).

La chanteuse a annoncé sa participation au projet «L’Afrique à chanter» initié par Radio France et le ministère de l’éducation nationale dans le cadre de «Africa 2020», année de l’Afrique en France. Il s’agit d’un projet qui est en train de sortir en ce moment. Il réunit six artistes africains et 15 chansons destinées aux élèves de 9 à 15 ans et aux chorales des établissements de l’enseignement français dans le monde. «Je suis très heureuse d’apporter ma contribution à ce beau projet. Chanter en dialectes africains, sentir des rythmiques en s’amusant à aller à la rencontre des cultures d’Afrique en musique», écrit-elle. En effet, l’artiste a écrit et composé «Chababi» spécialement pour ce projet et adapté «Kemmy» parue dans son dernier album. La première en darija, la seconde en Tamazight et en français. «J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser ce travail qui comprend, outre les chansons, un matériel pédagogique (video tuto pour la prononciation des dialectes marocains, traductions des paroles et explications du contexte de création)», dit-elle.

Cette artiste n’est plus à présenter. De son vrai nom Oum El Ghaït Benessahraoui, la chanteuse s’est d’abord destinée à l’architecture avant de choisir d’embrasser une carrière dans la musique. Elle attire alors l’attention des médias, qui l’assimilent à la #Nayda, mouvance de jeunes musiciens marocains attirés par les sonorités plus urbaines. Sortis uniquement au Maroc, les albums Lik’Oum (2009) et Sweerty (2012) la hissent au rang de star. Un déclic important s’opère alors. L’autrice et compositrice commence à écrire pour la première fois en darija, dialecte courant arabe marocain.

C’est pour elle la possibilité d’exploiter une nouvelle musicalité dans les mots, ainsi que de nouvelles combinaisons de sens, toute une poésie d’assonances. En 2013, elle s’entoure de pointures de la musique pour publier son premier album international, Soul of Morocco. Les concerts s’enchaînent, permettant au groupe soudé de gagner encore en cohésion. Deux ans plus tard, Zarabi, enregistré aux portes du Sahara, approfondit l’orientation esthétique privilégiée par Oum tout en portant un discours sur la nécessité de préserver la nature et les micro-sociétés traditionnelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *