Accueil Culture Philanthropie : «Brod’art», une expo-vente à caractère caritatif
CultureUne

Philanthropie : «Brod’art», une expo-vente à caractère caritatif

L’exposition collective «Brod’art» a été lancée, mercredi, à l’espace d’art Artorium à Casablanca, au profit de la Fondation Fadila El Gadi pour les arts de la broderie et de la couture.

Un événement organisé en partenariat avec la fondation TGCC pour l’art et la culture. «Cette exposition a vu le jour grâce à la mobilisation de plusieurs artistes et professionnels de l’art qui ont fait don d’œuvres exceptionnelles pour permettre au Centre de broderie de Salé, régi par la fondation Fadila El Gadi, de continuer à faire des merveilles», précisent les initiateurs.

A propos des artistes exposants, la même source cite de grands noms à l’instar de Mahi Binebine, Mohamed Melehi, Saad Ben Cheffaj et Mohamed Kacimi. Des artistes émergents sont, à leur tour, de la partie. C’est le cas de Mbarek Bouhchichi, Yassine Balbzioui et Mustapha Akrim. «Ces artistes, aux différentes approches, ont tenu à contribuer au rayonnement de cette école qui fait la part belle à l’art ancestral de la broderie à travers leurs dons à la fondation», enchaînent les organisateurs.

En détail, «Brod’art», qui se poursuit jusqu’au 15 janvier, est la troisième expo-vente au profit d’une association qui se tient à Artorium. Cette fois-ci, c’est plus d’une cinquantaine d’artistes de tous horizons qui sont présentés afin de ravir les plus fins connaisseurs et les plus jeunes novices. «L’exposition présente également le travail des élèves du Centre de broderie de Salé, qui sont aussi sur place pour montrer en quoi consiste cette formation, devenue leur passion», explicite la même source.

Pour rappel, cet événement se tient après «Étoiles & Toiles» au profit de l’association Ali Zaoua et «Bâtir un avenir» au profit de l’association EMA (Enfance Maghreb Avenir).

Cela étant, la Fondation Fadila El Gadi a vu le jour en septembre 2016 suite à un constat alarmant, à savoir la déperdition d’un savoir-faire. D’ailleurs, il est difficile de trouver de jeunes artisans maîtrisant les métiers liés notamment à la broderie.

La première initiative de cette fondation a été de permettre aux élèves en échec scolaire et issus des quartiers les plus défavorisés de Salé de bénéficier d’une formation complète en leur apprenant un nouveau métier et en développant de nouvelles compétences qui leur serviront aussi bien sur le plan personnel que professionnel.

Pour l’heure, le centre accueille à temps plein une vingtaine d’élèves entre 11 et 18 ans. 2 d’entre eux ont bénéficié en septembre dernier d’une formation dans le prestigieux atelier parisien «Montex» qui appartient à la maison Chanel. Félicitations.

Articles similaires

Alerte météo: La vague de froid se poursuit jusqu’au jeudi

Un temps froid avec des températures minimales entre -8 et 3°C et...

Le Maroc rouvre son ambassade à Baghdad

Le Maroc a rouvert samedi son ambassade à Baghdad. La cérémonie d’inauguration...

Commission des investissements : Des projets de plus de 28 MMDH approuvés vendredi

12 projets de conventions et 14 avenants ont été examinés ainsi que...

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie