Plan de relance post-Covid-19 : Voici les propositions des entrepreneurs du spectacle vivant

Plan de relance post-Covid-19 : Voici les propositions des entrepreneurs du spectacle vivant

Création du fonds «Vive la culture», une plate-forme digitale, une mutuelle des artistes…

L’Association marocaine des entrepreneurs du spectacle vivant (AMESVI) a dévoilé une réflexion sur la stratégie post-Covid-19 pour le secteur de la culture, intitulée «Vive la culture, 12 quick wins pour la relance de la culture au Maroc post-déconfinement». «Ce plan présente des «pistes de réflexion pour une nouvelle approche de la culture» au Maroc, valorisant, d’une part, la richesse et la variété du patrimoine et, d’autre part, les forces de la jeunesse», explique l’AMESVI dans un document publié sur son site.

Défiscalisation des investissements culturels et création du fonds «Vive la culture»

Le plan de relance de la culture, proposé par l’AMESVI, se veut une contribution pour la promotion et le renforcement de la culture post-Covid via le financement concernant en premier lieu la défiscalisation des investissements culturels jusqu’au 31 décembre 2021 à hauteur de 1,5% du revenu net et création du fonds «Vive la culture». Dans ce contexte, l’association suggère plusieurs actions dont notamment la valorisation des sites culturels à vocation touristique. Cela à travers une opération de promotion durant la période juin-juillet, l’organisation de la journée ou mois du patrimoine pendant les vacances d’été, la fiscalité (retour dans les caisses du FNAC pour financer la saison 2021) et l’arrêt temporaire des investissements dans les théâtres et structures financées par le ministère de la culture. L’AMESVI propose également d’autres sources de financement dont notamment la collecte et le paiement des droits d’auteur (mobilisation des agents assermentés de terrains pour la collecte quoique difficile en ce moment).

Reconstruire des statuts sociaux et juridiques des acteurs culturels

L’Association recommande la nécessité de structurer le secteur pour la relance notamment à travers plusieurs démarches dont notamment la reconstruction des statuts sociaux et juridiques des acteurs du milieu culturel afin de lutter contre les inégalités, la mise en place d’un calendrier précis de réouverture des cinémas, théâtres, salles de spectacle, festivals…, en concertation étroite avec les différents secteurs de la culture. De même, elle préconise la facilitation des démarches administratives pour l’organisation des événements, ainsi que la mise en place des indemnités pour pertes financières résultant de l’annulation ou du report de manifestations ou de fermeture de l’institution entre le 16 mars et le 31 décembre 2020.

Création d’une plate-forme digitale dédiée à la production artistique

Toujours dans le cadre de la structuration du secteur pour la relance, l’Association relève la création d’une mutuelle des artistes. «Il s’agit d’un fonds participatif de solidarité et de soutien INTRA (intra-professionnel incluant tous les acteurs de l’industrie qui peuvent y contribuer et en bénéficier). Ce fonds sera dédié à l’entraide et la solidarité sociale, basé sur une participation symbolique mensuelle de tous les acteurs concernés», explique-t-on. Enfin, l’association recommande la création d’une plateforme digitale spécifique à la production artistique marocaine. Il s’agit d’un mix entre Netflix et Deezer qui permettrait de diffuser du contenu 100% marocain versus un abonnement symbolique : 100 DH à l’année ou 10 DH par mois. Reversement de 50% des revenus aux droits d’auteur et droits voisins.

L’AMESVI en quelques lignes

Créée en 2018, l’Association marocaine des entrepreneurs des spectacles vivants rassemble des entrepreneurs du secteur des arts vivants. Tous les domaines (humour, musique, théâtre, jeune public) et tous les métiers (production et diffusion de spectacles, booking d’artistes, organisation de festivals, programmation de salles, réalisation de résidence artistique, marché musical, etc.) y sont représentés.

L’Association, qui a pour mission de représenter et défendre les intérêts de la profession auprès des pouvoirs publics et instances concernées, milite pour une défiscalisation de la culture, la création d’un fonds et d’une vision Maroc Culture 2030 pour créer les bases d’une industrie culturelle forte au Maroc. Elle favorise également la formation et le partage d’expérience entre tous les acteurs et la transmission de savoir aux jeunes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *