Portrait : Rachid Benabdellah, un «volcan» de passion pour l’art

Portrait : Rachid Benabdellah, un «volcan» de passion pour l’art

Extérioriser sa passion pour la peinture après l’avoir refoulée pendant une vingtaine d’années et couronner cette période par une participation à une exposition collective.

Tout cela fait chaud au cœur de l’artiste-peintre Rachid Benabdellah, qui étale ses œuvres jusqu’au 15 juin dans le cadre d’une exposition appelée «Art Lovers» qui se tient depuis le 15 mai à la médiathèque de la Fondation de la Mosquée Hassan II à Casablanca. Pour sa participation à «Art Lovers» qui se tient pour la 1ère fois au Maroc et dans le monde arabe, il doit une fière chandelle à l’artiste-peintre Ilham Laraki Omari, qui a, à son tour, présenté les œuvres de Rachid Benabdellah à Abdellah El Hariri, commissaire de l’exposition qui rassemble une cinquantaine d’artistes amateurs et professionnels.

«Art Lovers, qui rassemble plusieurs artistes issus de différentes générations, est une bonne opportunité pour exposer aux côtés de grands maîtres de l’art comme Rachid Afilal et Abdelwahab Doukkali. D’ailleurs j’ignorais que ce chanteur faisait de la peinture», déclare Rachid Benabdellah qui se passionne pour la peinture depuis l’âge de 14 ans. A l’époque, il était impressionné par Mickey Mouse et Donald dont il reproduisait des dessins avec crayon. Au fil du temps, l’amour pour la peinture s’est tellement emparé de son âme qu’il désirait se spécialiser dans les études de l’art dès le cycle secondaire. Sauf que sa famille lui a vivement recommandé de se contenter d’en faire une passion et se consacrer à ses études.

Rachid Benabdellah, qui est actuellement administrateur au Conseil de la concurrence, a fini par se soumettre à la volonté de sa famille sans se priver de dessiner des portraits et des croquis, mais toujours au crayon tout en aspirant à faire des toiles avec peinture à l’huile. Cette ambition a pu être aiguisée suite à une rencontre, en 2007, entre Rachid Benabdellah et un artiste-peintre à Oran qui lui parlait incessamment des couleurs, du matériel et de la peinture au pastel. En 2009, il a fréquenté l’atelier d’Abdellatif Nait Addi qui a réussi à l’initier aux couleurs et différentes techniques de peinture. Pour le moment, Rachid Benabdellah, qui pense à créer son propre atelier, envisage d’organiser une exposition dédiée au pastel avec M. Nait Addi.

Outre la peinture, Rachid Benabdellah se passionne également pour le théâtre et la musique. Actuellement, il apprend le solfège et joue du saxophone. Et pour concevoir ses toiles, il ne peut pas se passer de la musique. «La touche du pinceau doit être imprégnée par les rythmes», confie-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *